Santé

AVC : un médicament donnerait plus de temps pour intervenir

ActualitéClassé sous :médecine , accident vasculaire cérébral ischémique , infarctus cérébral

Un thrombolytique, administré juste après un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique, allongerait jusqu'à quatre heures et demie le délai durant lequel il est possible de tenter une intervention.

Quatre heures et demie au lieu de trois, c'est 50% de chances de plus de sauver la victime. © Bilderbox/Fotolia

Dans les suites immédiates d'un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique (c'est-à-dire dû à un infarctus cérébral provoqué par un caillot), les médecins cherchent à dissoudre l'obstacle responsable de l'épisode. Mais ils disposent de trois heures seulement. C'est ce que l'on appelle la fenêtre thérapeutique.

Une étude allemande, tout récemment publiée dans le New England Journal of Medicine, laisse entendre que la donne pourrait demain, être changée. Un nouveau médicament, l'altepase (Actilyse de son nom commercial), permet d'obtenir d'excellents résultats 4,5 heures après les premiers symptômes. Cet allongement du délai donnerait de bien meilleures chances d'un traitement efficace pour les victimes.

Traiter le plus tôt possible

Ce nouveau thrombolytique, dont l'action consiste à dissoudre le caillot sanguin formé dans une artère cérébrale, a fait l'objet d'un travail auprès de 821 patients victimes d'AVC ischémique. L'objectif était de déterminer si l'efficacité et la sécurité du traitement étaient maintenues, en cas d'administration jusqu'à une heure et demi après la fenêtre standard de 3 heures.

Les résultats, en démontrant l'absence de séquelles chez les patients traités par Alepase plus de trois heures après leur AVC, ouvrent des perspectives importantes. « Le traitement précoce reste la pierre angulaire du traitement des AVC, précise l'auteur de ce travail, le Pr Werner Hacke, de Heidelberg. Il est capital que les patients admis dans les unités neuro-vasculaires, éligibles à une thrombolyse, soient traités sans délai. Néanmoins les résultats de notre travail montrent que l'AVC peut être efficacement traité, même chez les patients qui n'ont pu être pris en charge dans un délai de 3 heures ». A suivre donc...