Le serpent corail bleu possède un redoutable venin qui pourrait aider la médecine. © LinasD, Wikimedia Commons, CC BY-SA 3.0

Santé

Un antidouleur caché dans le venin du serpent corail

ActualitéClassé sous :médecine , serpent corail bleu , venin

Le venin de ce magnifique serpent, vivant en Asie du sud-est, contient une toxine qui pourrait aider à mettre au point de nouveaux antidouleurs. Ce joli serpent tue pourtant de manière atroce, provoquant des spasmes, une paralysie et une mort rapide.

Calliophis bivirgatus (ou bivirgata) est un bien beau serpent, avec ses rayures bleu électrique, une tête et une queue rouges. Mais comme de nombreux animaux aux couleurs voyantes, il est dangereux. Le serpent corail bleu possède en effet un venin redoutable et mortel, produit grâce à des glandes particulièrement grandes, qui s'étendent sur un quart de la longueur de son corps. Il n'existe aucun antidote contre ce venin. Ce serpent, qui a causé deux décès au siècle dernier, évite en général l'Homme.

Si le serpent corail bleu a un venin exceptionnel, c'est peut-être parce qu'il s'est spécialisé dans la prédation d'autres serpents mortels, comme le cobra. Mieux vaut pour lui, sans doute, foudroyer ses proies. Le venin ne tue pas immédiatement mais il fige la proie par des spasmes musculaires, comme si une immense crampe s'emparait de tout le corps.

La toxine s’attaque aux canaux sodium

Dans une recherche parue dans la revue Toxins, des chercheurs australiens ont analysé le venin du serpent. Ils ont ainsi identifié un nouveau type de toxine appelé calliotoxine qui agit sur les canaux sodium des cellules nerveuses. La toxine provoque une paralysie de tout le corps en « figeant » le système nerveux.

Or, ces canaux sodium font l'objet de recherche car ils peuvent détenir une clé pour de meilleurs traitements antidouleur. « Ce venin frappe un type particulier de canal de sodium qui est important pour le traitement de la douleur chez les humains, » explique Bryan Fry, de l'université du Queensland, dans Sciencealert. Cette recherche pourrait donc aboutir à de nouveaux traitements contre la douleur.

Cela vous intéressera aussi

Du venin pour traiter le diabète, l'obésité et les allergies  Dans le sud de la Belgique, une équipe de recherche travaille sur un sujet un peu particulier. En utilisant du venin prélevé sur des animaux sauvages, des scientifiques espèrent développer des traitements contre le diabète, les allergies ou encore l’obésité. La chaîne Euronews nous en dit plus au cours de cet épisode de Futuris.