La stimulation transcrânienne a été testée sur vingt militaires, dont quatre femmes. © Daniel-Alvarez, Shutterstock

Santé

La stimulation cérébrale testée par l’armée américaine sur ses militaires

ActualitéClassé sous :cerveau , stimulation transcrânienne , Électrostimulation

Par Marie-Céline Jacquier, Futura

Les militaires sont parfois placés dans des situations complexes, nécessitant de prendre des décisions rapides tout en assimilant un grand nombre d'informations. Pour les aider, l'US Air Force a testé l'électrostimulation cérébrale.

Les opérations militaires nécessitent parfois que les personnels effectuent des actions complexes où ils doivent être multitâches : ils sont placés dans des situations les contraignant à traiter une masse considérable d'informations en même temps, sous une pression forte, de quoi atteindre les limites de leurs capacités. Par exemple, dans l'armée de l'air, les pilotes de drones doivent rester concentrés durant de longues périodes pendant lesquelles ils répondent à de multiples sollicitations.

D'une manière générale, les performances des humains ont tendance à diminuer quand ils sont surchargés d'informations... C'est pourquoi l'armée de l'air américaine a mené une étude pour évaluer l'efficacité de l'électrostimulation cérébrale dans un contexte multitâche. La technique employée était celle de la stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS), appliquée sur le cortex préfrontal dorsolatéral gauche.

Les kits de stimulation cérébrale utilisent des électrodes qui envoient un courant électrique faible à travers le crâne, dans des zones spécifiques du cortex. Cette stimulation transcrânienne a montré son efficacité pour améliorer la vigilance, l'attention, la mémoire de travail et la coordination motrice.

Le pilotage d’un avion nécessite d’être multitâche. Les militaires sont parfois sous pression, dans des situations où ils reçoivent une avalanche d’informations. © hxdyl, Shutterstock

L’électrostimulation améliore les performances multitâches

Vingt militaires (16 hommes et 4 femmes), âgés en moyenne de 31 ans, de la base de l'US Air Force de Wright-Patterson (Ohio), ont participé à l'expérience. Ils se sont soumis à un test développé par la Nasa pour évaluer leurs compétences dans une opération multitâche. Ce test consistait à maintenir une croix dans un cercle en mouvement sur un écran, tout en répondant à trois autres tâches sur l'écran.

Pour savoir si la stimulation transcrânienne améliorait les performances, la moitié des volontaires a reçu un courant constant de 2 mA, pendant les 36 minutes du test. Les autres participants formaient un groupe témoin qui n'a eu que 30 secondes de stimulation au début du test. Les résultats montrent que l'électrostimulation cérébrale améliorait les performances : le groupe qui a reçu la stimulation cérébrale a commencé à avoir de meilleures performances que le groupe témoin après quatre minutes de test.

La tDCS est présentée comme une alternative saine à l'utilisation de molécules comme le modafinil ou la ritaline, qui auraient servi à stimuler les performances des forces armées, d'après le Guardian. Cependant, les effets à long terme de l'électrostimulation cérébrale ne sont pas connus. Certains s'inquiètent que des kits d'électrostimulation cérébrale soient en vente libre sans que l'on connaisse bien les conséquences sur la santé, notamment chez les jeunes.

Ces résultats paraissent dans la revue Frontiers in Human Neuroscience.

Surpasser ses limites en mesurant l'acide lactique lors d'un effort  Lors d’un effort physique intense, le corps génère de l’acide lactique pour alimenter les muscles de façon temporaire. Au-delà d’un certain seuil, il peut s’accumuler dans le sang et restreindre les performances physiques. Il existe aujourd'hui un appareil permettant de mesurer le taux d’acide lactique, un système surprenant à découvrir en vidéo. 

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.