Santé

La pauvreté aurait un impact sur le développement du cerveau des enfants

ActualitéClassé sous :cerveau , anatomie du cerveau , atlas du cerveau humain

Une équipe de chercheurs américains a mis en évidence que des enfants de familles pauvres présentaient des changements structurels dans le cerveau qui pourraient expliquer leurs problèmes d'apprentissage.

Les inégalités sociales auraient des conséquences sur la formation du cerveau. © Pressmaster, shutterstock.com

Le faible niveau de revenu d'une famille pourrait avoir des conséquences sur le développement du cerveau des enfants ce qui expliquerait, pour certains, leurs difficultés. C'est ce que révèle une étude menée par une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Seth Pollak de l'université du Wisconsin-Madison (États-Unis) et publiée dans le journal JAMA pediatrics.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont analysé 823 clichés issus de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) de 389 enfants et adolescents âgés de 4 à 22 ans. La collecte des données a commencé en novembre 2001 et a pris fin en août 2007. Les participants ont été sélectionnés en fonction d'une variété de facteurs soupçonnés d'affecter négativement le développement du cerveau.

« Avec les données recueillies, nous avons démontré que les enfants des ménages vivant en dessous du seuil de pauvreté fédéral présentaient un développement structurel atypique de plusieurs zones du cerveau, dont la matière grise, le lobe frontal, le lobe temporal et l'hippocampe », soulignent les responsables de l'étude.

L’étude suggère que les enfants issus des milieux les plus pauvres présentent « un développement structurel atypique de plusieurs zones du cerveau, dont la matière grise, le lobe frontal, le lobe temporal et l’hippocampe ». © Jens Langner, Wikipédia

4 à 7 points de moins aux tests que les autres enfants de familles plus aisées

Les résultats ont notamment mis en évidence que les volumes régionaux de la matière grise de ces enfants étaient de 8 à 10 % en dessous de la norme de développement. Avec des conséquences pour la réussite scolaire. En moyenne, ces derniers ont obtenu 4 à 7 points de moins aux tests que les autres enfants de familles plus aisées. Ceci pourrait s'expliquer par le fait que l’hippocampe appartient au système limbique et qu'il joue un rôle central dans la mémoire.

« Notre travail suggère que les structures cérébrales spécifiques de l'apprentissage sont vulnérables aux conditions environnementales de la pauvreté, telles que le stress, le manque de stimulation et des problèmes de nutrition. Si oui, il semblerait que le potentiel des enfants à la réussite scolaire soit réduit dès le plus jeune âge par ces circonstances. Le développement des régions du cerveau étudiées dans cette étude semble être sensible à l'environnement de l'enfant. Ces observations devraient permettre de déboucher sur des initiatives de politique publique visant à améliorer et à réduire les disparités entre les familles afin de modifier le lien entre pauvreté, difficultés dans le processus cognitif de l'enfant et réussite scolaire », concluent les auteurs de l'étude.