Une étude internationale suggère que les gauchers sont plus doués que les droitiers pour résoudre des problèmes mathématiques complexes. © Patricia W., Fotolia

Santé

Les gauchers seraient plus doués pour les maths

ActualitéClassé sous :cerveau , Mathématiques , gaucher

Les gauchers sont-ils plus ou moins doués que la moyenne ? La question divise la classe scientifique depuis des décennies. Aujourd'hui, une nouvelle étude internationale tente d'apporter un éclaircissement. Les gauchers seraient effectivement plus doués pour les maths.

Léonard de Vinci, Mozart, Marie Curie et Aristote étaient gauchers. Barack Obama, Bill Gates et même Lionel Messi le sont également. Comme environ 10 % de la population. Mais ces quelques exemples suffisent-ils à conclure qu'il existe un lien entre le talent et le fait de pencher à gauche ? Selon une nouvelle étude internationale, le lien semble réel, du moins concernant les compétences mathématiques.

Par le passé, de nombreuses études se sont posé cette même question. Elles ont ainsi noté que le taux de gauchers chez les étudiants en maths les plus talentueux est plus élevé que dans la population générale. Mais il l'est aussi chez les personnes présentant une déficience intellectuelle. Alors que croire ?

Main gauche ou main droite. Cette préférence est liée à la cognition. En moyenne, les gauchers présentent un hémisphère cérébral droit plus développé. Or cet hémisphère est le lieu notamment de processus tels que le raisonnement spatial. Certains gauchers jouissent également d’une connectivité améliorée entre leurs deux hémisphères cérébraux. Leur permettant probablement un meilleur traitement de l’information. © PublicDomainPictures, Pixabay, CC0 Public Domain

Les cerveaux de gauchers plus aptes à traiter les problèmes complexes

Cette variabilité de conclusions, l'équipe internationale menée par Giovanni Sala, de l'université de Liverpool (Royaume-Uni) l'attribue à une mauvaise catégorisation des sujets gauchers. Alors pour s'assurer de résultats plus fiables, l'équipe s'est appuyée sur le questionnaire de latéralité dit d'Édimbourg. Une échelle qui évalue dans quelle mesure un sujet préfère sa gauche.

L'étude porte sur plus de 2.300 élèves du primaire au collège et conclut que les gauchers — notamment les garçons adolescents — surpassent les autres lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes mathématiques complexes. En revanche, pas de différences entre gauchers et droitiers sur les tâches peu exigeantes, mais le constat que les droitiers purs obtiennent des résultats en deçà de ceux des autres individus testés.