Santé

En vidéo : un foetus qui bâille en échographie 4D

ActualitéClassé sous :biologie , médecine , bâiller

L'échographie 4D de 15 fœtus durant les deuxième et troisième trimestres de grossesse met un terme à un débat vieux de plusieurs années : les fœtus bâillent. En observant la fréquence de ces bâillements, les chercheurs espèrent même déceler des anomalies de développement du cerveau in utero.

Le bâillement est un comportement très courant chez les vertébrés. En revanche, on ignore son rôle précis, même si on lui attribue une fonction sociale chez l'Homme et d'autres mammifères. Chez le fœtus, il pourrait être le révélateur du développement du cerveau. © N. Reissland et al., Plos One, cc by 2.5

La communauté scientifique était divisée : sera-t-elle maintenant unanime ? Depuis que l'on peut observer les futurs bébés dans le ventre de leur mère, les gynécologues ont évidemment repéré chez le fœtus des comportements réflexes d'ouverture et de fermeture de la bouche. Si l'on suppose que cela s'apparente à un entraînement à la succion pour se préparer à la tétée, certains y décelaient aussi des signes de bâillements. Les tenants de cette dernière hypothèse semblent maintenant avoir le dernier mot dans ce débat.

Grâce à une échographie 3D complétée par une dimension temporelle, des scientifiques de l'université de Durham (Royaume-Uni) sont parvenus à distinguer nettement les réflexes de succion des bâillements. Ces derniers se manifesteraient environ une fois sur deux.


Grâce aux films obtenus par échographie 4D, les chercheurs parviennent à distinguer les comportements réflexes de succion des bâillements. Seront-ils à l'avenir scrutés lors des grossesses ? © Avec l’autorisation de Wolfgang Moroder

Le bâillement associé au développement du cerveau

Si on ignore encore la fonction précise du bâillement, il s'avère que ce comportement évolue avec le temps. Contagieux à l'âge adulte, il ne l'est pas chez le nouveau-né. Des travaux datant de 1999 révèlent même que les bébés anémiques étaient de plus grands bâilleurs lorsqu'ils étaient dans l'utérus de leur mère. À noter aussi que les nourrissons nés prématurément bâillent davantage que les autres.

Les scientifiques britanniques y ont alors vu le signe d'un lien entre ce comportement et le développement. Ils ont entrepris de filmer par échographie 4D 15 fœtus (8 garçons et 7 filles) une fois par mois entre les 24e et 36e semaines de gestation. Leurs résultats, publiés dans Plos One, révèlent qu'en moyenne, les bâillements se produisent six fois par heure à la 24e semaine. À partir de la 28e semaine, leur occurrence diminue jusqu'à devenir nulle à la fin de l'expérience.

Même s'ils ignorent encore le rôle précis de ce mouvement réflexe chez le fœtus, les auteurs ont remarqué qu'il n'y avait pas de lien avec la fatigue. Ils émettent l'hypothèse que ce comportement serait plutôt révélateur du développement précoce du cerveau. Si cela s'avère exact, ils espèrent pouvoir distinguer les fœtus qui suivent une mise en place normale du système nerveux central de ceux présentant des troubles neurologiques par le nombre de bâillements, et ce avant la naissance. Encore faut-il confirmer le lien...