Santé

La narcolepsie serait une maladie auto-immune

ActualitéClassé sous :biologie , narcolepsie , somnolence

Des chercheurs américains viennent de montrer que la narcolepsie, une pathologie qui rend les personnes très somnolentes, était une maladie auto-immune. Ce résultat leur a permis de mieux comprendre le lien entre le vaccin contre la grippe A(H1N1) et cette pathologie du sommeil.

La narcolepsie est un trouble neurologique qui se caractérise par des envies rapides et irrépressibles de dormir. Elle se manifeste souvent à l'adolescence et touche deux fois plus d'hommes que de femmes. © Marco P. Sanchez, Flickr, cc by nc sa 2.0

Caractérisée par une somnolence anormale dans la journée, la narcolepsie est fréquemment associée à une cataplexie, autrement dit une perte soudaine de tonus musculaire. Environ 30.000 patients seraient concernés en France. Cependant, les causes de cette maladie ne sont pas encore clairement identifiées

Des chercheurs de l'université Stanford en Californie (États-Unis) ont voulu creuser la question. Leurs recherches, publiées dans la revue Science Translational Medicine, suggèrent que la narcolepsie est une maladie auto-immune, pour laquelle le système de défense de l'organisme se retourne contre lui-même.

Le vaccin contre la grippe H1N1 aurait causé quelques cas de narcolepsie. © Sanofi Pasteur, Flickr, cc by nc nd 2.0

Cette étude est basée sur des résultats précédents montrant que la narcolepsie était en partie due à la mort des cellules cérébrales qui produisent l'hypocrétine, un neuropeptide stimulant l'éveil.  Les chercheurs états-uniens sont allés plus loin et ont montré que les malades présentaient un taux élevé de lymphocytes T anormaux réagissant à l'hypocrétine. En d'autres termes, la libération de ce neuropeptide induirait l'activation anormale des lymphocytes T et conduirait à une réponse immunitaire inappropriée.

Le lien entre la vaccination anti H1N1 et la narcolepsie décrypté

En juillet 2013, une étude française réalisée par l'équipe d'Yves Dauvilliers du centre hospitalier universitaire de Montpellier montrait pour la première fois une relation entre la vaccination contre la grippe A(H1N1) et l'apparition de quelques cas de narcolepsie en France. Cette publication était alors venue confirmer les résultats de travaux réalisés en Scandinavie en 2010.

Les chercheurs ont découvert que le Pandemrix®, le vaccin anti H1N1 mis en cause dans l'étude française, contenait un fragment d'une protéine grippale proche de l'hypocrétine. Ce résultat suggère que cette molécule est l'agent déclencheur de la maladie. Cependant, seules quelques personnes sont tombées malades suite à la vaccination. Il est donc fort possible que d'autres facteurs soient en cause, comme des prédispositions génétiques.