Un bébé ne dispose pas de tous les éléments de langage pour communiquer. Il se manifeste alors par des pleurs, y compris au milieu de la nuit. Il n'est cependant pas indispensable de courir à son chevet, car si on le laisse un peu, il retrouve parfois le sommeil de lui-même. Et apprend ainsi à s'endormir seul, sans que papa ou maman veille sur lui. © Chalky Lives, Fotopédia, cc by sa 2.0

Santé

Laisser bébé pleurer pour garantir son sommeil... et celui des parents

ActualitéClassé sous :biologie , laisser bébé pleurer , calmer les pleurs de son bébé

Quand le bébé pleure la nuit, il n'est pas indispensable de venir systématiquement à son chevet. Ainsi, l'enfant apprend à s'endormir seul et a moins tendance à se manifester par des cris les mois qui suivent. Le sommeil de tout le monde est garanti !

À l'heure du coucher ou au milieu de la nuit, les jeunes parents se trouvent presque tous face à un dilemme : laisser pleurer son bébé ou le calmer au premier cri. Une étude américaine offre des éléments de réponse sur la conduite à tenir.

Des chercheurs de l'université Temple à Philadelphie se sont intéressés au sujet et ont interrogé plus de 1.200 parents de jeunes enfants sur les réveils nocturnes de leurs petits âgés de 6, 15, 24 et 36 mois.

Les petits garçons irritables nourris au sein se réveillent plus

Au début de l'expérience, 66 % des nourrissons se réveillent la nuit une à deux fois par semaine, mais 34 % se réveillent sept nuits par semaine au même âge. Les chiffres baissent à deux nuits par semaine pour la majorité des petits âgés de 15 mois et à une nuit par semaine pour ceux de 24 mois.

« À l'âge de 6 mois, la plupart des bébés dorment toute la nuit, ne réveillant leur mère qu'environ une fois par semaine, a expliqué un des auteurs de l'étude, Marsha Weinraub. Cependant, tous les enfants ne suivent pas ce schéma de développement. »

Les bébés sont bien plus mignons quand ils dorment paisiblement. Mais parfois, ils se mettent à pleurer au milieu de la nuit. Se précipiter pour les rassurer ne serait pas toujours la meilleure façon d'agir... © Etolane, Flickr, cc by nc nd 2.0

Parmi les enfants étudiés qui ne dorment pas toute la nuit, la majorité d'entre eux est masculine avec pour certains une tendance à l'irritabilité et pouvant facilement être distraits. Ces enfants sont aussi majoritairement nourris au sein.

Résister aux pleurs de bébé

Marsha Weinraub explique que la notion clé qui ressort de cette étude est le fait que les bébés ont besoin d'apprendre à s'endormir seuls. « Lorsque les mères répondent présentes à tous ces réveils nocturnes ou si un bébé prend l'habitude de s'endormir au sein, il peut lui être difficile d'apprendre à s'apaiser, ce qui est très important pour un sommeil régulier. » La chercheuse ajoute que « lorsque les troubles du sommeil persistent au-delà de 18 mois, on conseille aux parents de consulter ».

Et de conclure dans la revue Developmental Psychology que « le meilleur conseil est de mettre les enfants au lit à des horaires fixes chaque nuit, de leur permettre de s'endormir seuls et de résister à la tentation d'aller les voir immédiatement en cas de réveil ».

Une étude précédente publiée en septembre 2012 dans la version en ligne de la revue Pediatrics avait montré que le fait de laisser pleurer les nourrissons ne les affectait pas émotionnellement ni ne mettait à mal la relation parents-enfant.