Le robot Pepper est bien attendrissant. Mais il est interdit d’avoir des relations sexuelles avec. La charte d’utilisation stipule que « le propriétaire ne doit pas entreprendre d’acte sexuel ni aucun autre comportement indécent » avec lui. © ibmphoto24, Flickr, CC nc nd by 2.0

Santé

Science décalée : un humain peut aimer un robot

ActualitéClassé sous :Amour , empathie , robotique

Par Marie-Céline Jacquier, Futura

Dans une expérience où des volontaires ont visionné des images des personnes ou de robots qui se font mal au doigt, les candidats ont éprouvé de l'empathie pour les deux. En parallèle, des experts s'inquiètent des relations sentimentales qui naîtraient entre humains et humanoïdes.

Article paru le 8 novembre 2015

Peut-on tomber amoureux d'un robot ? Ce scénario a déjà été envisagé dans le film Ex machina, où un programmeur tombe amoureux d'une femme androïde. Mais ceci pourrait ne pas être si loin de la réalité : dans une expérience parue dans Nature, des chercheurs japonais ont montré par électroencéphalogramme que des humains éprouvent vraiment de l'empathie pour des robots.

L'empathie joue un rôle important dans la communication sociale car elle permet de comprendre les émotions des autres. Précédemment, des études sur des électroencéphalogrammes ont révélé les caractéristiques de ce processus au niveau des ondes cérébrales : par exemple, si l'individu observe des photographies exprimant la douleur, cela induit une amplitude des ondes P3 plus large. P3 (ou P300) correspond à une onde qui survient 300 ms après le stimulus et qui représente une modification de l'activation des réseaux neuronaux.

Dans cette expérience menée par l'université de technologie de Toyohashi et l'université de Kyoto, les chercheurs ont mesuré par électroencéphalographie, l'empathie de 15 volontaires qui ont regardé des images montrant soit des humains soit des robots dans des situations douloureuses où ils se coupaient un doigt. Les chercheurs ont alors observé que la phase descendante de l'onde P3 était plus importante avec le stimulus douloureux que sans, qu'il s'agisse d'un humain ou d'un robot : les sujets éprouvaient de l'empathie pour les robots comme pour les humains. En revanche, la phase ascendante de P3 était augmentée avec le stimulus douloureux uniquement pour les images montrant une douleur humaine.

Les volontaires ont regardé différentes photographies montrant une main d’humain ou de robot, dans une situation douloureuse ou pas. © Suzuki et al., Nature/em> 2015<, CC by 4.0

De l’empathie pour des androïdes… et plus si affinité ?

Les scientifiques ont donc désormais des preuves neurophysiologiques de la capacité des humains à éprouver de l'empathie pour des robots. D'ailleurs, Michiteru Kitazaki, un des auteurs de cette recherche, croit en une société avec des humains et des robots ayant des comportements prosociaux : « L'empathie avec les robots ainsi qu'avec d'autres êtres humains peut faciliter le comportement prosocial. Les humains devraient avoir de l'empathie pour des robots qui nous aident ou qui interagissent avec nous. »

Cependant d'autres experts s'inquiètent des sentiments que des humains pourraient développer à l'égard de robots, comme Kathleen Richardson, chercheuse en éthique de la robotique à l'université de Montfort à Leicester. Elle exprime notamment son inquiétude vis-à-vis du développement des sexbots, les robots sexuels, avec des modèles dont l'apparence et les rôles qu'ils sont supposés jouer soulèvent de nombreuses questions.

Et si des robots humanoïdes pouvaient susciter de la passion ? Cette question, les concepteurs de Pepper, le robot de compagnie humanoïde, ont dû se la poser. La firme Softbank qui le commercialise a inscrit dans la charte d'utilisation du robot qu'il ne fallait pas entreprendre de relations sexuelles avec lui !

Au Japon, la commercialisation de Pepper a connu un franc succès avec un millier d'exemplaires vendus en une minute. Prix : 1.600 $. Du haut de ses 1,2 m, Pepper pourrait lire les émotions humaines et tenir une conversation. Un journaliste japonais, Yuri Kageyama, a passé une demi-journée avec le robot et, d'après lui, ce qui est le plus frappant est l'attention que le robot vous porte : par exemple, il a dit au journaliste qu'il semblait un peu maigre et devait faire attention à ce qu'il mange ; il lui a aussi demandé des nouvelles de sa journée. D'après le journaliste, « Pepper offre de la gentillesse comme vous ne l'avez jamais vu ». De là à tomber amoureux...

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.