Planète

Fukushima : histoire d'une catastrophe nucléaire

VidéoClassé sous :Japon , séisme , nucléaire

-

Le 11 mars 2011 se produit un séisme de magnitude 9 au Japon, entraînant la formation d'un tsunami qui va ravager des centaines de kilomètres de côtes, et inonder la centrale nucléaire de Fukushima Daiishi.

Le 11 mars 2011, à 14 h 56 heure locale, un tremblement de terre de magnitude 9 sévit à 150 km environ à l'est des côtes japonaises, en face de la province du Tohoku. C'est le plus important que le Japon n'ait jamais connu. Bien préparé à ce type d'événements, le pays n'a pas été affecté par ces secousses mais la catastrophe ne s'arrête pas là. En effet, ce séisme provoque la formation d'un gigantesque tsunami qui vient heurter plusieurs centaines de kilomètres de côtes japonaises une dizaine de minutes après le tremblement de terre. Les dégâts matériels et humains sont importants. On comptera environ 15.000 victimes de ce tsunami. Mais le drame continue. La centrale de Fukushima Daiishi, qui se trouve sur la côte est de l'île de Honshu, est frappée par une vague d'une quinzaine de mètres. Les générateurs de secours, enclenchés après l'arrêt du système électrique normal dévasté par le tsunami, sont complètement inondés et ne peuvent plus alimenter le circuit de refroidissement des réacteurs. À 19 h 03, le gouvernement nippon déclare l'état d'urgence nucléaire. Du 12 au 14 mars, différentes explosions au sein des réacteurs provoquent le rejet de substances radioactives dans l'atmosphère. Dans les jours qui suivent, les mauvaises nouvelles continuent d'être annoncées par les autorités nippones : contamination de l'alimentation, des nappes et de l'océan, propagation du nuage, etc. C'est la pire catastrophe nucléaire de tous les temps après Tchernobyl (1986). © Futura-Sciences/Vimeo