Planète

L'étrange regard d'une daphnie devant un volvox

VidéoClassé sous :zoologie , daphnie , volvox

Devant la caméra, une daphnie, c'est-à-dire un petit crustacé planctonique d'eau douce, regarde tourner une curieuse boule. Cette sphère est habitée : c'est un volvox, en fait une colonie d'algues unicellulaires qui ont découvert l'intérêt du vivre-ensemble. En l'occurrence, la dimension de cette gangue leur évitera d'être croquées par le délicat appareil buccal du crustacé.

Les daphnies, de petits crustacés planctoniques d'eaux douces. Selon l'espèce, elles peuvent atteindre une taille de 1 à 5 millimètres. Les volvox, eux, sont des colonies de minuscules algues vertes unicellulaires. Présents eux aussi dans les eaux douces, ils vivent près de la surface pour profiter de la lumière.

Comme on le voit sur ces images, un volvox est formé de plusieurs individus installés dans une sphère gélatineuse. Ces cellules ne sont pas toutes identiques, certaines travaillent pour la colonie (nutrition), et les autres s'occupent de la reproduction. Cette situation est vue comme une forme de multicellularité. Les volvox ont trouvé une organisation intermédiaire entre celle des unicellulaires (comme les amibes ou les paramécies) et celle des multicellulaires, comme les plantes, les animaux et les champignons.

La daphnie mangerait bien les algues mais...

Multicellulaire assumée, la daphnie semble observer d'un drôle d'œil cette sphère transparente tourner devant elle. Le volvox ne craint rien car le petit crustacé ne peut se nourrir de proies aussi grosses. Le fait de vivre en colonie à l'intérieur d'une boule pourrait donc représenter une protection pour les minuscules algues vertes, qui ne peuvent ainsi être avalées que par des animaux plus grands, et plus rares.

L'auteur de cette vidéo a prélevé ses acteurs dans l'étang de son jardin au printemps 2011. Avant de réaliser cette séquence, il a d'abord concentré les organismes dans un petit volume d'eau. En réduisant leur espace vital, il a grandement facilité les rencontres.

© Ralf Wagner