Depuis 30 ans déjà, les jours de fortes chaleurs sont en hausse en France. D’ici 2050, notre pays devrait subir quelque cinq jours de canicule en plus par an. Une conséquence du réchauffement climatique en cours. © Jenny Sturm, Fotolia

Planète

Canicule et fortes chaleurs, quelle différence ?

Question/RéponseClassé sous :météorologie , canicule , fortes chaleurs

Certains d'entre nous ont pris pour habitude de qualifier de canicule toutes les périodes de fortes chaleurs. Pourtant, les météorologues continuent de marquer une réelle différence entre ces deux phénomènes.

La canicule de 2003 a marqué les esprits de bien triste manière. Quelque 15.000 décès lui ont été attribués. La France n'avait alors jamais connu de telles conséquences sanitaires engendrées par une canicule. Pour mieux faire face, le Gouvernement a depuis mis en place un plan canicule qui est, a minima, actualisé chaque année.

Pour les météorologues, le terme de canicule renvoie à un phénomène précis. Pour qu'il y en ait une, il faut que les températures dépassent certains seuils, de jour comme de nuit, et ce, pendant au moins trois jours — et trois nuits — consécutifs. Ces seuils sont réévalués annuellement par Météo France et par l'Institut de veille sanitaire. Ils sont notamment fixés en fonction des données de mortalité, de différents indicateurs météorologiques et de la localisation d'une ville. Car la qualification de canicule associe bien conditions météorologiques et risques sanitaires. Ainsi à Paris, le seuil caniculaire se situe-t-il en 2017 à 31 °C le jour et à 21 °C la nuit.

Cette carte montre les écarts de températures en juillet 2001 et l’épisode de canicule de l’été 2003 : +10 °C pour certaines régions en France. © Reto Stockli et Robert Simmon, Wikipedia, Domaine public

Canicules et fortes chaleurs en hausse

La France doit ses épisodes de canicule à la fois à un anticyclone qui a tendance, entre le 15 juillet et le 15 août, à s'installer sur l'Europe et à une dépression qui campe sur l'Atlantique. Ceux qui en souffrent le plus sont les citadins. En effet, il fait généralement encore plus chaud en ville qu'à la campagne car les îlots de chaleur urbains amplifient le phénomène en empêchant notamment les températures de descendre la nuit.

Même s'il peut arriver une canicule en dehors du cœur de l'été, cela reste encore rare. Les jours de fortes chaleurs peuvent quant à eux intervenir sur une période plus large. On peut alors parler de vague de chaleur, lorsque le jour — et uniquement le jour — les thermomètres affichent des températures plus élevées qu'à l'ordinaire. Mais dans ce cas, la définition — du niveau de température ou de la durée de l'épisode — n'est pas aussi précise.

Depuis 30 ans, les jours de fortes chaleurs sont en hausse en France. D'ici 2050, notre pays devrait subir quelque cinq jours de canicule en plus par an. Une conséquence du réchauffement climatique en cours.

Le bulletin météo de 2050 prévoit de fortes chaleurs  À quoi pourrait ressembler le bulletin météo en 2050 ? En partenariat avec l’Organisation Météorologique Mondiale, une simulation avait été réalisée à l'occasion de la COP 20, en 2014, et diffusée par Météo France. Les études menées depuis n'ont guère changé les prédictions.