En cas de morsure de tique, il faut bien retirer l’animal en prenant garde d’enlever le rostre (la partie qui perfore la peau) en même temps que le corps. © Steven Ellingson, Shutterstock

Planète

Que faire en cas de morsure de tique et pourquoi est-ce dangereux ?

Question/RéponseClassé sous :Été , morsure , tique

Les promeneurs et autres amoureux de nature peuvent parfois revenir de leur balade avec une morsure de tique, un animal pouvant transmettre des maladies sérieuses. Que faire dans ce cas ? Comment réagir ? Voici la marche à suivre.

Une morsure de tique n'est jamais anodine. Cetacarien se nourrit du sang de mammifères comme les chiens par exemple. Chez l'Homme, elle est associée à plusieurs maladies sérieuses comme la méningo-encéphalite à tiques (MET) et la maladie de Lyme.

Que faire en cas de morsure de tique ?

Si vous vous faites mordre par une tique, voici la conduite à tenir :

  • Retirez la tique en prenant garde d'enlever la tête ou plus exactement le rostre, c'est-à-dire la partie qui perfore la peau, en même temps que le corps. Utilisez pour cela un tire-tique (disponible en pharmacie) plutôt qu'une pince à épiler.
  • Désinfectez ensuite la plaie.
  • Les jours suivants, surveillez régulièrement votre peau. En cas de rougeur, de démangeaison ou de symptômes évoquant un état grippal ou un état de fatigue, consultez immédiatement.

Prévention : éviter les morsures de tiques

Par ailleurs, en prévention, avant une balade en forêt,mettez des chaussures hautes et fermées et des vêtements bien couvrantspour éviter les morsures de tiques.

En randonnée, pour échapper aux tiques, portez des vêtements couvrants. © Fotolia

Une morsure de tiques, est-ce dangereux ?

S'il y a morsure, l'animal peut transmettre des maladies sérieuses :

  • la maladie de Lyme peut notamment provoquer des troubles neurologiques, cardiaques et articulaires ;
  • la méningo-encéphalite à tiques (MET) affecte le cerveau.

Un vaccin existe bien contre l'encéphalite à tiques mais le Haut conseil de santé publique (HCSP) le recommande uniquement aux « voyageurs séjournant en zone rurale ou forestière d'endémie en Europe centrale, orientale et septentrionale, du printemps à l'automne » (avis du 11 décembre 2009).