Expert Planète

Nathalie Cochennec-Laureau

Chercheur en biologie cellulaire

Classé sous :zoologie
Jean de la Fontaine a écrit "Parmi tant d'huîtres toutes closes, une s'était ouverte, et baillant au Soleil par un doux zéphyr, réjouie, humait l'air, respirait, était épanouie. Blanche, grasse, et d'un goût, à la voir, non pareil. D'aussi loin que le rat voit cette huître qui baille : qu'aperçois-je ? dit-il, c'est quelques victuailles ; Et, si je ne me trompe à la couleur du mets, je dois faire aujourd'hui bonne chère, ou jamais. Là-dessus, maître Rat plein de belle espérance, approche de l'écaille, allonge un peu le cou, se sent pris comme aux lacs : car l'huître tout d'un coup se referme, et voilà ce que fait l'ignorance…" Merci à Futura Sciences de permettre le partage de ces quelques connaissances sur ces animaux méconnus et pourtant si passionnants.
Nathalie Cochennec-Laureau, Chercheur en biologie cellulaire

Biographie

  •  1 - DIPLOMES :

Thèse de Doctorat de l'Université de la Rochelle, Biologie cellulaire et patbologie (2001). Bonamia ostreae, parasite de l'huître plate, Ostrea edulis : sa position taxonomique parmi les parasites du groupe "microcell", analyses des interactions hôte/parasite chez plusieurs populations d'huîtres plates. 204pp. Mention très honorable avec les félicitations du jury.

Thèse de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (1997). « La bonamiose : caractérisation du parasite Bonamia ostreae et étude de ses interactions avec l'hôte l'huître plate, Ostrea edulis » 173pp. Mention très honorable avec les félicitations du jury.

  •  2 - EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

** De 1984 à 1992 : IFREMER, Laboratoire de la Trinité sur mer

- Laboratoire d'épidémiologie surveillance/vigilance des mollusques bivalves marins : Epidémiologies descriptive et analytique des parasitoses des principales espèces de mollusques bivalves marins.

** De 1992 à 2002 : IFREMER, Laboratoire de Génétique et Pathologie - la Tremblade : Cadre de recherche

- Caractérisations histologique, ultrastructurale et moléculaire des parasites du groupe « microcell » affectant les huîtres (Bonamia ostreae, Bonamia exitiosus, Mikrocytos mackini, Mikrocytos roughleyi..)

- Mise au point de nouvelles techniques d'identification de ces agents pathogènes et validation pour leur usage en diagnostic (OIE) (Ac poly et monoclonaux, PCR, Hybridation in situ)

- Développement de la pathologie expérimentale en relation avec l'épidémiologie descriptive

- Etude des mécanismes de défense, in vivo et in vitro, des mollusques bivalves dans un modèle de parasitisme intracellulaire Bonamia ostreae - hémocyte d'huître plate (cytomètrie en flux)

** Depuis juillet 2002 : IFREMER, Laboratoire d'Aquaculture Tropicale, Tahiti : Responsable de l'équipe physio-immuno-pathologie

- Mise en place d'un réseau de surveillance pathologique des huîtres perlières en collaboration avec le Service de la perliculture (dispositif de veille, plan d'échantillonnage, procédures d'urgence en cas de mortalités anormales...)

- Etudes des mécanismes cellulaires et moléculaires de la greffe des huîtres perlières : mise au point de marqueurs moléculaires de minéralisation pour la sélection des greffons et l'étude fonctionnelle des sacs perliers (RT-PCR, expression des gènes, HIS)

Métier

Une journée de travail !!

Les périodes de greffe sont très importantes pour nous, car c'est à ces occasions que l'on peut rencontrer les professionnels et discuter des problématiques qu'ils rencontrent. Ce sont des moments privilégiés.

Pour accéder à Takapoto, l'antenne de greffe, il faut 1h30 environ de vol depuis papeete. Il n'y a que trois vols par semaine et les missions doivent être bien préparées.

La semaine commence généralement par un briefing avec l'équipe du Service de la perliculture pour expliquer les objectifs de l'expérience et discuter des problèmes qu'ils pourront rencontrer au cours des opérations de greffe car nos expérimentations génèrent souvent pour le greffeur (personne qui greffe) et le greffoneur (personne qui prépare les greffons) des contraintes plus ou moins importantes qu'il faut intégrer dans le protocole.

Une journée se déroule généralement de la façon suivante :

7h00 - 8h00 : les huîtres perlières sont préparées pour la greffe par l'ensemble de l'équipe. Prélèvement des huîtres sur filière en plongée, nettoyage des chapelets, ouverture des valves des huîtres pour permettre au greffeur la découpe de la poche perlière et l'introduction du nucléus.

De 8h00 à 15h : les opérations de greffe sont réalisées dans le fare greffe

Généralement, nous prenons un ensemble de mesures ou paramètres au moment de l'acte de greffe, en concertation avec le greffeur et le greffoneur. Ces mesures nous permettent de caractériser les huîtres donneuses ou receveuses. Il faut être à l'écoute du greffeur car l'opération de greffe, découpe de la poche perlière, insertion du greffon et du nucléus, ne dure en moyenne qu'une minute. Ces étapes sont primordiales pour la réussite de la greffe et le devenir de la perle. Des échantillons de manteau et/ou de poche perlière, sont également prélevés pour effectuer des analyses histologiques ou bactériologiques. Nous disposons d'un petit laboratoire à l'antenne de Takapoto qui permet de réaliser les premières étapes d'analyse. Toutefois il est toujours difficile de maintenir des conditions d'asepsie parfaite lorsqu'il faut partager les paillasses avec les moustiques ..

16 à 17 h : remise des huîtres individualisées dans de petites poches sur chapelet puis sur filières pour permettre un suivi individuel des mortalités ou des rejets chaque jour par plongée.

Seulement commence alors la journée de travail classique avec son lot de rentrée de données brutes !!