Planète

Tahiti : histoire des perles de culture en Polynésie française

Dossier - Les perles de Tahiti, si fascinantes
DossierClassé sous :zoologie , perles de Tahiti , À la Une

-

Les perles de Tahiti sont reconnues pour leur qualité dans le monde entier. Mais comment les huîtres de Polynésie peuvent-elles renfermer d'aussi beaux bijoux ? Découvrez les mystères de la perliculture dans ce dossier.

  
DossiersLes perles de Tahiti, si fascinantes
 

Les perles naturelles sont estimées et recherchées depuis des millénaires. Le mystère de leur origine fut découvert en 1761. Puis, différentes techniques d'élevage se développèrent, qui sont aujourd'hui à la base de la perliculture.

En 1761, Linné expérimenta la production de sécrétions perlières en introduisant lui-même des corps étrangers dans une huître. Il fut le premier à suggérer la possibilité d'une culture de perle.

Une perle parfaite blanche, sans défaut. © Nyvlt-art, Shutterstock

Toutefois, ce sont les Japonais qui ont découvert, au début des années 1900, la technique de production de perles en culture dans les tissus de l'huître Akoya. Puis, en 1916, un Japonais développa la greffe et mit au point les nombreuses techniques d'élevage, aujourd'hui à la base de la perliculture.

Les débuts de la perliculture en Polynésie datent des années 60. © Service de la perliculture

Début de la perliculture en Polynésie

D'après de nombreux témoignages, il semble que l'huître perlière Pinctada margaritifera ait été connue des Polynésiens bien avant l'arrivée des Européens. En effet, la nacre était utilisée de différentes façons, que ce soit sous forme d'ornements ou d'armes.

Les débuts de la perliculture en Polynésie remontent à 1962, grâce à J.-M. Domard, qui fit les premiers essais de greffe. En 1965, la première récolte permit d'obtenir 1.000 perles. En 1966, la première ferme perlière privée s'installa dans l'atoll de Manihi. Il faudra attendre vingt ans avant que n'apparaisse le début de la course à l'or noir. Depuis les années 80, la perliculture a connu un essor considérable.

À Tahiti, la perliculture s'est surtout développée à partir des années 80. © Ifremer

Les exportations de perles brutes, au premier rang des exportations polynésiennes, sont passées de 86 kilos en 1980 à environ 10 tonnes en 2003, pour une valeur de 85 millions d'euros.

Cette activité, essentielle d'un point de vue socio-économique, génère environ 5.000 emplois dans plus de 800 fermes productrices réparties dans 30 îles et atolls.