Planète

L'habitat des grands singes diminue à vue d'œil

Dossier - Menace d'extinction de nos proches parents !
DossierClassé sous :zoologie , espèces , extinction

-

Le temps est compté pour les gorilles, les chimpanzés, les bonobos et les orangs-outangs encore présents sur terre, déclarent l'UNESCO et le Programme des Nations unies pour l'environnement, coordonnateurs du Projet pour la survie des grands singes.

  
DossiersMenace d'extinction de nos proches parents !
 

Selon un rapport récent du PNUE, "The Great Apes - the road ahead" moins de 10 % de l'habitat forestier actuel des grands singes d'Afrique resteront relativement intacts d'ici 2030 si la construction de routes, de campements miniers et autres créations d'infrastructures se poursuivent au rythme actuel.

Bonobo au repos. © Cloudtail the Snow Leopard CC BY-NC 2.0
Chimpanzé

Le rapport examine séparément chacune des quatre principales espèces de grands singes pour évaluer leurs habitats actuels, relativement intacts, offrant de bonnes conditions aux populations viables. Les experts ont ensuite établi une carte de l'impact prévisible et, par voie de conséquence, celle de l'habitat encore sain en 2030 au rythme actuel de croissance des infrastructures.

Maman gorille

L'étude estime qu'environ 28 % de l'habitat actuel des gorilles peuvent être classés comme relativement peu touchés. Si la croissance des infrastructures se poursuit au rythme actuel, la zone restante en 2030 sera réduite à 10 % seulement de l'habitat peu touché des gorilles dans des pays comme le Nigeria, le Gabon, le Rwanda et l'Ouganda.

Jeune chimpanzé

Environ 26 % de l'habitat actuel des chimpanzés peuvent être classés comme relativement peu touchés. Si la croissance des infrastructures se poursuit au rythme actuel, la zone restante en 2030 est évaluée à seulement 8 % dans les pays où l'habitat des chimpanzés est relativement peu touché, comme la Guinée, la Côte d'Ivoire et le Gabon.

Bonobos

L'étude estime qu'environ 23 % de l'habitat actuel des bonobos peuvent être classés comme relativement peu touchés. Si la croissance des infrastructures se poursuit au rythme actuel en République démocratique du Congo (RDC) - seul pays où l'on peut les trouver, la zone restante pourrait tomber à 4 %.

Orang Outang de Bornéo

Quant aux orangs-outangs, les prévisions sont les plus pessimistes. Les 36 % de leur habitat actuel pourraient se réduire à moins de 1 % en 2030. Cela représente 5 % de perte annuelle de l'habitat peu touché des îles de Sumatra (Indonésie) et de Bornéo (Kalimantan dans la partie indonésienne, Sarawak et Sabbah dans la partie malaise).