Planète

Plaidoyer pour la sauvegarde des grands singes et de la forêt

Dossier - Grands singes et forêt : même combat pour la planète
DossierClassé sous :zoologie , grands singes , gorille

-

Sauver les grands singes, c’est aussi sauver les forêts dans lesquelles ces primates vivent, et ainsi sauver toute la biodiversité de ces écosystèmes essentiels pour le climat de notre planète, mais aussi protéger les ethnies qui y vivent et leur savoir.

  
DossiersGrands singes et forêt : même combat pour la planète
 

Partout, un même constat : les forêts sont gagnées par un cancer qui les ronge inexorablement, en Asie du sud-est, en Amazonie ou en Afrique.  Des métastases apparaissent partout, de plus en plus nombreuses, de plus en plus inquiétantes.

L'immense océan végétal qui couvrait autrefois la plus grande partie de cet espace ourlant l'Equateur ressemble aujourd'hui à une couverture mitée, percée de part en part.

En Indonésie près de 80% de la couverture forestière a disparu et une partie de ses orangs-outans avec. En Afrique centrale, la situation n'est guère enviable et l'arrivée de compagnies chinoises ou malaises n'augure rien de bon pour l'avenir de la forêt et de ses grands singes.

Grands singes - mâle orang outan de Bornéo © Miraceti GNU Free Documentation License, Version 1.2

Ici, là, partout, on coupe, on arrache, on brûle. On plante du palmier à huile pour alimenter de grosses multinationales de l'agroalimentaire qui peuvent alors faire plus de profit en nous vendant des barres chocolatées, des cosmétiques, des pizzas ou des shampoings à l'huile de palme si peu onéreuse car exploitée au détriment des forêts, de sa biodiversité et des populations locales.

Bornéo et Sumatra n'auront bientôt plus de forêt ni de grands singes, quant à l'Afrique, le trafic de viande de brousse, la déforestation et les guerres vont bientôt également avoir raison des derniers grands singes et de leurs forêts.

L'homme sait que d'ici très peu de temps une petite poignée de décennies tout au plus, les forêts tropicales d'Asie du sud-est et d'Afrique centrale ne seront plus qu'un souvenir mais s'il venait à se poser la question « A quelle forêt allons nous maintenant pouvoir nous attaquer pour continuer à faire du profit et mener notre train de vie d'ultra consommateur ?» la réponse fera l'effet d'une gifle : aucune ! Car ces forêts sont les dernières, ces grands singes sont les derniers.

Sauver les grands singes, c'est nous sauver nous-mêmes, Homo sapiens, et assurer notre avenir.