Planète

Les sept types de risques volcaniques

Dossier - Les risques volcaniques
DossierClassé sous :Volcanologie , Volcan , éruption

Les volcans se manifestent par différents types d'éruptions. Ils menacent des millions de personnes. Les risques sont très variés. La surveillance, la prévision et la prévention des éruptions ont fait récemment des progrès significatifs.

  
DossiersLes risques volcaniques
 

Il existe sept types de risques volcaniques plus ou moins élevés : coulées de lave, projections et retombées, nuées ardentes, gaz, coulées boueuses, éboulements et raz-de-marée.

Une maison recouverte par les coulées de lave de l'Etna. © J.-M. Bardintzeff, tous droits réservés, reproduction interdite

Les coulées de lave

Coulée de lave du volcan Kilauea, à Hawaï. © Paul Bica, CC by-nc 2.0

Les coulées de lave (type éruptif hawaïen) ne présentent que des dangers modérés pour les populations mais peuvent détruire de nombreux biens : habitats, voies de communication, cultures. Exemples : Etna, mont Cameroun.

Les projections et retombées de bombes, de cendres, de ponces

Explosion nocturne au piton Kapor (Piton de la Fournaise, île de la Réunion), en avril 1998. © J.-M. Bardintzeff, tous droits réservés, reproduction interdite

Les projections et retombées de bombes (type strombolien), de cendres (type vulcanien), de ponces (type plinien) concernent des surfaces parfois très importantes. Exemples : Piton de la Fournaise (Réunion), Tavurvur (Papouasie, Nouvelle-Guinée).

Champs de lave cordée au Piton de la Fournaise, sur l'île de la Réunion. © Geolina, CC by-nc 4.0

Les nuées ardentes

Le volcan Soufriere Hills, dans l'île de Montserrat, aux Antilles, est en éruption depuis 1995. Les dépôts de nuées ardentes, canalisés par le lit de Tar River, ont formé de véritables deltas sur la mer des Caraïbes. © J.-M. Bardintzeff, tous droits réservés, reproduction interdite

Les nuées ardentes se propagent à des vitesses prodigieuses et constituent des risques majeurs pour les habitants et leurs biens. Exemples : Soufrière de Montserrat (Antilles).

Le volcan Soufriere Hills, dans l'île de Montserrat, aux Antilles. Les dépôts de nuées ardentes, canalisés par le lit de Tar River, ont formé de véritables deltas sur la mer des Caraïbes. © Barry Voigt, DP

Les gaz des volcans

D'abondantes fumerolles soufrées, à une température atteignant parfois 700 degrés, s'échappent en permanence de Vulcano, dans les îles éoliennes, en Italie. © Brisk,DP

Les gaz sont émis en abondance par les volcans. Exemple : Vulcano (îles éoliennes, Italie). Ils peuvent parfois asphyxier les êtres vivants, hommes et animaux. Exemple : Lac Nyos, Cameroun, 1986.

Les coulées boueuses ou lahars

Vue d'hélicoptère de la ville de Bacolor, aux Philippines, située à une trentaine de kilomètres du cratère du Pinatubo, recouverte par des lahars après le passage du typhon Mameng, le 1er octobre 1995, plus de quatre ans après l’éruption majeure de 1991. © J.-M. Bardintzeff, tous droits réservés, reproduction interdite

Les coulées boueuses, appelées aussi lahars (terme indonésien), résultent d'un mélange d'une grande quantité de cendres volcaniques, en position instable sur l'édifice volcanique, et d'eaux, d'origines variées (pluies abondantes, cyclones et typhons, rupture des parois d'un lac de cratère, fonte de neige ou de glace). Exemple : Pinatubo (Philippines).

Éboulements et écroulements

Il peut se produire des éboulements et écroulements de dôme de lave solidifiée, glissements de terrain, comme par exemple avec le volcan Merapi (Indonésie).

Le volcan Merapi à Java, en Indonésie, s'écroule régulièrement. À l'arrière-plan, on distingue, de gauche à droite, les volcans Sumbing et Sundoro et le plateau de Dieng. © Brigitte Werner, DP

Les raz-de-marée ou tsunamis

Les raz-de-marée, appelés aussi tsunamis, sont des vagues sur la mer, provoquées par l'éruption de volcans insulaires ou côtiers. Elles déferlent ensuite, avec une amplitude gigantesque, sur des côtes éloignées de plusieurs dizaines, voire milliers, de kilomètres. Exemple : Tavurvur (Papouasie, Nouvelle-Guinée).

Les risques 1 à 4, immédiats, sont des conséquences directes de l'éruption. Les risques 5 et 6 apparaissent différés dans le temps car ils peuvent suivre l'éruption de plusieurs jours, mois ou années. Le risque 7 est différé dans l'espace : le volcan a un effet destructeur dans une zone éloignée. Un même volcan peut présenter différents types de risques en même temps ou successivement. Les volcanologues doivent prendre en compte l'ensemble de ces risques.