Planète

Un savoir-faire historique

Dossier - Les fonds océaniques en 3D
DossierClassé sous :océanographie , océans , cartographie

-

Les océans couvrant 70 % de la surface terreste, la cartographie marine est un grand défi auquel participe l'Ifremer pour la connaissance du milieu océanique. Découvrez le métier, les techniques et les réalisations cartographiques.

  
DossiersLes fonds océaniques en 3D
 

En 1977, l'Ifremer est le premier organisme scientifique civil à équiper d'un sondeur multifaisceau un navire de recherche océanographique, le Jean Charcot, et à développer simultanément des outils informatiques de traitement des données et de réalisation de cartes morpho-bathymétriques. Ces équipements ont représenté une révolution technologique pour la cartographie marine, en terme de couverture spatiale et de résolution des mesures.

Les premières campagnes scientifiques ont été largement dédiées à la découverte des dorsales océaniques, thème de recherche majeur dans les années 70 et 80.

Depuis cette date, la cartographie a été marquée par une évolution considérable des outils et des techniques, avec :

1 - l'apparition dans les années 90 des sondeurs multifaisceau de nouvelle génération.

Ils permettent la mesure simultanée de la bathymétrie et du niveau de réflectivité des fonds marins, et assurent une large insonification (*) des fonds associée à un levé cartographique systématique ;

2 - l'évolution très significative du positionnement en mer par les systèmes satellitaires.

Les systèmes de type GPS* atteignent aujourd'hui une précision de l'ordre de la dizaine de mètres, comparativement à la résolution d'ordre kilométrique de la fin des années 80 ;
* Global Positioning System

3 - l'informatisation des outils d'exploitation des données.

Le développement de logiciels spécialisés a permis de suppléer la cartographie manuelle et d'élargir considérablement les moyens de représentations.

Depuis une trentaine d'années, l'Ifremer est devenu un acteur scientifique majeur de la cartographie marine à des fins d'études morphologiques et géologiques.

Cinq navires de l'Ifremer sont actuellement équipés d'un sondeur multifaisceau pour la cartographie des fonds dans les domaines hauturiers et côtiers : le Pourquoi pas?, L'Atalante, Le Suroît , Thalia et L'Europe.

En France, le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (Shom) et l'Institut Polaire Paul Emile Victor (IPEV) ont également des navires équipés de sondeurs multifaisceau pour leur mission d'hydrographie ou de cartographie.