Planète

Troyes et les maisons à colombage

Dossier - Balade en Champagne-Ardenne
DossierClassé sous :géographie , champagne , champagne-ardennes

-

Magnifique région qui vous réserve des découvertes insolites : maisons à colombage, les fontes de Sommevoire, les grues de Montier-en-Der, les moulins. Mais c'est également la région du champagne, alors en route pour la découverte !

  
DossiersBalade en Champagne-Ardenne
 

La ville de Troyes vaut la visite pour de multiples raisons, sa cathédrale, entre autres, mais, fidèle à ma préférence pour l'inattendu je vous propose d'y flâner le nez en l'air et d'admirer les colombages. Cette technique très ancienne a perduré jusqu'au parpaing en béton de l'après-guerre...

Troyes, centre ville

Les colombages en bois étaient un mode de construction courant pour les habitations et les bâtiments profanes, comme le montrent les fouilles de Pompeï et Herculanum.

Le colombage consiste en un quadrillage de bois rempli par de la maçonnerie. La ville de Pompeï fournit des exemples de cette technique de construction que Vitruve désigne sous le nom d'opus craticium, ou colombage. Le sciage en long des pièces de bois se fait déjà chez les Romains au moyen de scies actionnées par des moulins à eau. Le rabot, connu des charpentiers romains permet de façonner avec soin les pièces de bois.

La construction en colombage se développa au Moyen Âge en s'inspirant de la construction en bois ronds. Pour asseoir les murs sur des sols plus ou moins stables, on les place sur des socles en pierre et, plus tard, sur une poutre de pourtour: on parle alors de construction sur socle. Il arrive, dans les régions humides que ce socle monte jusqu'au niveau des fenêtres.

La charpente du mur est composée de poteaux d'angle et d'une série de petite colonne appelées colombes, de poutres et de contrevents

Troyes colombages

Au fil du temps, des systèmes régionaux se développeront
En règle générale, on utilise le bois trouvé sur place. Mais on découvrira vite les qualités de résistance aux insectes et champignons du chêne. On construira en France, du XIV au XVI siècle, des maisons à colombage qui demeurent, encore aujourd'hui, en bon état. Cette tradition se poursuivra en Alsace et en Normandie jusqu'au XIX siècle.

Strasbourg colombages

Pour assurer la clôture du bâtiment, il est nécessaire de garnir l'intervalle ménagé entre les pièces de bois. La nature du matériau de remplissage sera largement dictée par les considérations locales. C'est parfois ce matériau, le hourdis, qui dictera l'écartement des colombes.

Le matériau le plus répandu, en milieu rural notamment, est le torchis, mélange de terre, d'argile et de paille, auquel on ajoutait parfois du crin de cheval. Il est maintenu en place par un lattis cloué sur la face interne du pan de bois,ou par une autre technique. Dans les exemples les plus soignés, il est recouvert d'une couche de chaux ou de plâtre. Le plâtre a été largement utilisé comme à Paris ou à Rouen.Dans les régions côtières ou de montagnes, à proximité des torrents, on utilisait fréquemment le galet plat encastré dans les rainures latérales des colombes ou maçonné au mortier à chaux. La brique fut aussi employée et la richesse de ses calepinages est venue compléter la géométrie de la construction.

Colombage et brique

Dans le Der, l'architecture à pans de bois est encore largement présente : maisons, granges, fermes à cour carrée, peuvent former de véritables alignements à colombages. Parfois, l'église elle-même ne faisait pas exception et les bâtisseurs édifièrent ainsi de remarquables sanctuaires à pans de bois. Au plan de l'allure générale, l'habitat est constitué de constructions plutôt basses et allongées, avec des toits en pente douce. Les maisons ainsi construites sont le plus souvent non-jointives.

Eglise Ste Marie - Montier en Der

La maison en poteaux poutres, une technique d'avant-garde, politiquement « écolo » est issue de la technique traditionnelle de la construction à colombage. Cette fois, le squelette de la maison est constitué de poteaux porteurs, troncs de résineux ou plutôt poutres en lamellé-collé qui permettent l'utilisation de longueurs presque impossible à trouver naturellement, qui font la hauteur de la maison. L'ossature est ensuite habillée de grands vitrages ou remplie d'isolant en panneaux semi-rigides qui formeront le squelette des murs. Des parements rigides formeront enfin la façade extérieure et la face intérieure des murs. Les poteaux sont toujours porteurs, que la façade soit en briques ou en crépi. Ils soutiennent les poutres horizontales qui portent le solivage du plancher.