Planète

Eau : le Colorado, source de conflits entre les États-Unis et le Mexique

Dossier - Géopolitique et guerre de l'eau
DossierClassé sous :développement durable , Incontournables , Eau

L’eau est devenue un enjeu géopolitique majeur. La guerre de l’eau fait rage dans le monde : au Moyen-Orient, mais pas seulement. La frontière entre les États-Unis et le Mexique est par exemple concernée par ce type de conflit. Alors que les réserves s’épuisent, les États, notamment la France et l’Espagne, espèrent améliorer leur gestion de l’or bleu.

  
DossiersGéopolitique et guerre de l'eau
 

Le Colorado est un fleuve capital pour le sud-ouest des États-Unis et le Mexique. Il est ainsi devenu l'un des plus régulés et des plus aménagés, mais le partage des eaux est source de conflits entre les États-Unis et le Mexique.

Le Colorado prend sa source dans les montagnes Rocheuses de l'État du Colorado et parcourt près de 2.300 kilomètres avant de se jeter dans le golfe de Californie, au Mexique. À l'origine, c'était un fleuve tourbillonnant et indompté. À une époque, il était même sorti de son lit en Californie, où il avait formé ce qui est maintenant le lac Salton.

La courbe du fer à cheval du fleuve Colorado. © Luca Galuzzi, CC by-sa 2.5

Le Colorado, le barrage Hoover et le barrage de Glen Canyon

Pour maîtriser le fleuve, le gouvernement américain a construit le barrage Hoover, dans les années 1930. C'est la construction de ce barrage, puis celle du barrage de Glen Canyon, qui ont rendu possibles les miracles modernes du désert urbain.

Schéma des barrages sur le Colorado et débits. © DR

Du fait de l'importance capitale que revêt le Colorado pour le sud-ouest des États-Unis et le Mexique, ce fleuve est devenu l'un des plus régulés et des plus aménagés des États-Unis. Sept États américains (Arizona, Californie, Nevada, Colorado, Utah, Nouveau-Mexique et Wyoming) ainsi que le Mexique tirent de ce puissant fleuve l'eau nécessaire à la vie.

Le barrage Hoover. © DR

Chaque année, plus de 9 milliards de m3 d'eau sont attribués à l'Arizona, au Nevada et à la Californie, les États du bassin inférieur. La part réservée à chacun des États du bassin inférieur alimente en eau plus de 17 millions de personnes et quelque 500.000 ha de terres cultivées. Les usines hydroélectriques du fleuve fournissent en moyenne 12 milliards de kWh d'électricité par an. Malgré l'ampleur du réseau du Colorado, le risque de pénurie est réel.

La construction du barrage Hoover. © DR

Restaurer l'écosystème du Colorado

Des stratégies (projet binational de sensibilisation à la conservation de la partie inférieure du bassin du fleuve Colorado) visent à accroître l'écoulement naturel de l'eau sur tout le cours du fleuve Colorado et dans le golfe de Californie afin de protéger et de restaurer les écosystèmes qui se trouvent dans la partie inférieure du bassin de ce fleuve.

La partie concernée comprend la section inférieure du fleuve, le complexe frontalier de terres humides qui se trouve dans le delta et qui alimente la mer de Cortez (golfe de Californie), ainsi que l'écosystème plus étendu du désert de Sonora. Cette activité de sensibilisation vise à renforcer les capacités d'un large groupe local binational composé d'environnementalistes, d'universitaires et d'autochtones qui participeront aux décisions qui touchent à ce bassin.

L'embouchure du fleuve dans la mer de Cortez. © DR

Partage des eaux et conflits entre les États-Unis et le Mexique

Le Mexique, en vertu d'un accord de 1944, doit alimenter le sud des États-Unis de 450 milliards de litres d'eau par an. Ce traité prévoyait un partage des eaux entre le Mexique et les États-Unis, le Mexique fournissant des eaux du Trio Grande et les États-Unislaissant un débit minimum au Colorado. Mais, depuis cet accord, le Rio Grande est à sec et lesÉtats-Unischerchent à récupérer les quelques 200 millions de m3 d'eau du Colorado qui s'infiltrent dans le sol mexicain en projetant de cimenter le Canal All American situé à la frontière.

L'embouchure du Colorado. © DR

Cette partie du bassin comprend la section inférieure du fleuve, le complexe frontalier de terres humides qui se trouve dans le delta et qui alimente la mer de Cortez (golfe de Californie), ainsi que l'écosystème plus étendu du désert de Sonora. Cette eau alimente donc ces zones humides et en matière d'environnement le Mexique n'a rien à dire ! Or, la récupération de cette eau assécherait définitivement l'embouchure du fleuve...

Las Vegas Wash. © DR

Or, malgré la sécheresse qui a sévi, et une rencontre entre les présidents Zedillo et Clinton, en juin 2000, les États-Unis ont rappelé le Mexique à ses engagements contractuels sans concéder d'arrangements pour tenir compte de la gravité de la situation.