Energie, transports, climat

DossierClassé sous :développement durable , climatologie , énergie

-

L'énergie et les transports sont au centre des paradoxes de développement durable : tous deux sont indispensables au développement et à la croissance socio-économique ; mais leurs évolutions actuelles vont de paire avec des risques inacceptables pour l'humanité : l'épuisement des ressources naturelles non renouvelables (notamment des combustibles fossiles), la dégradation de l'environnement (notamment atmosphérique), et l'accroissement de la fracture entre pays riches et pays pauvres, en terme d'accès aux services énergétiques.

  
DossiersEnergie, transports, climat
 

Ce dossier fait partie d'une série de dossiers publiés à l'occasion de la tenue, du 26 août au 4 septembre 2002, du sommet pour le développement durable de Johannesburg (Afrique du sud).

Plus d'informations à l'adresse :

http://www.futura-sciences.com/planete/environnement/developpement-durable/actualites/


CONTEXTE

L'énergie et les transports sont au centre des paradoxes de développement durable : tous deux sont indispensables au développement et à la croissance socio-économique ; mais leurs évolutions actuelles vont de paire avec des risques inacceptables pour l'humanité : l'épuisement des ressources naturelles non renouvelables (notamment des combustibles fossiles), la dégradation de l'environnement (notamment atmosphérique), et l'accroissement de la fracture entre pays riches et pays pauvres, en terme d'accès aux services énergétiques.

Disposer d'énergie pour un coût raisonnable est un élément clé pour lutter contre la pauvreté : pourtant 2 milliards de personnes n'ont toujours pas accès à l'énergie commerciale.Au même titre, l'accès au transport est placé en priorité denombreux responsables de l'aménagement urbain. Le développement durable doit permettre un accès équitable pour tous à l'énergie et aux transports, aujourd'hui et demain, tout en évitant de perturber les équilibres naturels, notamment climatique. Il doit prévoir un approvisionnement énergétique durable de tous les habitants de notre planète, en évitant de reposer celui-ci sur des filières génératrices de nuisances environnementales.

Si l'Agenda 21 de Rio en 1992 ne traitait de manière explicite ni l'énergie, ni les transports, ces deux domaines sont néanmoins abordés de manière transverse au document (aux chapitres 9 (atmosphère) et 14 (agriculteurs et développement rural) pour l'énergie, aux chapitres 7 (établissements humains) et 9 (atmosphère) pour les transports.