Explosion végétale au Dévonien !

DossierClassé sous :botanique , Dévonien , végétaux

-

La Terre s'est formée voici quelque 4,7 milliards d'années. A l'échelle des temps géologiques, la vie est ensuite à peine 1 milliard d'années plus tard. C'est dans l'élément liquide que les premiers êtres vivants, très simples, ont lentement évolué.

  
DossiersExplosion végétale au Dévonien !
 

La Terre s'est formée voici quelque 4,7 milliards d'années. A l'échelle des temps géologiques, la vie est ensuite apparue très vite, à peine 1 milliard d'années plus tard. C'est dans l'élément liquide (océans, lacs, marécages) que les premiers êtres vivants, très simples, ont lentement évolué, tout d'abord sous forme d'entités unicellulaires qui ont rapidement été accompagnées par des organismes pluricellulaires simples.

Fig. 1 : La spirale du temps depuis la formation de la Terre. Les nombres représentent des millions d'années.</ ')">
Fig. 1 : La spirale du temps depuis la formation de la Terre. Les nombres représentent des millions d'années." border="0" />
Fig. 1 : La spirale du temps depuis la formation de la Terre. Les nombres représentent des millions d'années.

Certains de ces organismes sont rapidement devenus photosynthétiques, c'est-à-dire qu'ils ont acquis la possibilité de capter et d'utiliser l'énergie lumineuse. C'est parmi ces organismes photosynthétiques aquatiques que la lignée des plantes est née. Le passage des végétaux à la vie terrestre ne s'est pas fait sans mal. Il leur a notamment fallu acquérir une couche protectrice externe (un épiderme et une cuticule), pour éviter dessèchement et coups de soleil, un système interne de conduction de la sève, un « squelette » leur permettant le port dressé, ainsi qu'une protection des cellules de dispersion (spores). Différencier tous ces perfectionnements a pris du temps, et les premières plantes terrestres ne sont apparues que voici quelque 460 millions d'années, pendant l'Ordovicien (fig. 1).

Fig. 2 : Evolution des plantes terrestres au cours du Dévonien.

Ces plantes étaient minuscules (parfois moins de 1 cm de hauteur), et étaient dépourvues de racines et de feuilles. Toutes ces plantes se propageaient par des spores, produites par des organes spécialisés appelés sporanges. La plupart ne possédaient pas de cellules conductrices de la sève, et appartenaient au groupe des mousses (Bryophytes). La plus ancienne plante vasculaire (avec des cellules conductrices) apparaît un peu plus tard, durant le Silurien, vers - 435 millions d'années : il s'agit de Cooksonia (voir page 2 les fig. 2 à 4), un genre qui persiste jusqu'au Dévonien inférieur.

Fig. 3 :Cooksonia Reconstitution de la partie aérienne de la plante.

Pendant le Dévonien, entre - 416 et - 359 millions d'années (Fig.2), on assiste à une accélération majeure dans les innovations de la vie végétale pour conquérir avec efficacité le milieu terrestre : premières racines et feuilles, graines primitives...

Fig. 4 :Cooksonia. Une espèce différente de celle illustrée en fig. 3 et 5, avec des sporanges plus arrondis.

Le perfectionnement de la tige va permettre l'invention de l'arbre et la mise en place des premières forêts. En quelques millions d'années seulement, les premières plantes se sont affranchies des milieux aquatiques pour conquérir pratiquement toutes les niches écologiques terrestres. Partout sur la planète, on trouve des fossiles de plantes de cette époque. En voici quelques uns, parmi les plus représentatifs ou les plus intrigants...