Planète

La paroi et la morphogenèse cellulaire

Dossier - La cellule végétale
DossierClassé sous :botanique , Incontournables , Amyloplaste

-

Un tour d'horizon en images des caractéristiques morphologiques et fonctionnelles de la cellule végétale.

  
DossiersLa cellule végétale
 

La morphologie des cellules dépend beaucoup des contraintes externes à la membrane plasmique. En effet, le cytosquelette semble jouer un rôle moins important que dans les cellules animales. Plusieurs contraintes peuvent jouer : les pressions relatives des cellules voisines et la structure et la rigidité de la paroi cellulaire elle-même. C'est au cours de la différenciation cellulaire que de nombreuses formes adaptées à leurs fonctions sont acquises par les cellules.

Figures 13 et 14 - cellules étoilées de la moëlle de jonc, un exemple remarquable de morphologie cellulaire.Observations en microscopie photonique (à gauche) et en microscopie électronique à balayage (à droite). Par leur forme remarquable, ces cellules, liées entre elles, constituent un échafaudage solide et très léger et maintiennent un grand espace empli de gaz nécessaire à cette plante semi-aquatique.

Le rôle important de la paroi cellulaire dans la morphogenèse cellulaire peut être facilement mis en évidence par l'obtention de protoplastes. Ces cellules sont obtenues expérimentalement par l'ablation complète de la paroi de cellules plasmolysées par digestion enzymatique. La cellule adopte alors une forme parfaitement sphérique.

Figure 15 et 16 - Protoplastes isolés à partir de parenchyme chlorophyllien d'une feuille de poireau (à gauche) et d'épiderme d'une feuille de chou rouge à (droite).

Ces protoplastes retrouveront une forme non sphérique dès, qu'au cours de la culture, ils auront reformé une nouvelle paroi.

La paroi dicte la forme et la fonction des cellules. Chez les végétaux ligneux, la différencition de certaines cellules permet la constitution d'un matériau remarquable, le bois.

Figure 17 - Coupe transversale d'un tronc de chêne. On distingue le bois réparti en cercles concentriques, partagé par des files radiales plus claires et au tour, l'écorce.
Figure 18 - Détail du bois de chêne. Toutes les cellules ont une paroi épaisse lignifiées. Les plus grosses cellules sont les vaisseaux conducteurs de la sève brute