Planète

Venin

DéfinitionClassé sous :zoologie , médecine , venin
Le venin de vipère est particulièrement dangereux. © Wikimedia

Le venin est un poison, toxique, que les animaux injectent par morsure ou piqûre.

Sous les tropiques, la gent ophidienne est prolifique et variée ! Piqueurs, mordeurs ou cracheurs, la plupart des serpents sont venimeux et redoutables : du mamba vert d'Afrique centrale ou de la vipère du Gabon au naja d'Extrême-Orient, et au fer de lance de Martinique, les serpents marins étant parmi les plus venimeux. Ajoutons également, en Afrique et ailleurs, les araignées, et, naturellement, les insectes....sans compter les poissons : les piqûres dues à des vives (Trachinus spp.), des rascasses ou des scorpènes (Scorpena spp.),  sont relativement fréquentes sur les côtes de la Méditerranée.

Ces piqûres de poisson s'observent habituellement lorsque le baigneur marche sur les épines dorsales, pelviennes ou anales, ou encore lors de la pêche professionnelle. La douleur est immédiate et intense, irradiant dans la totalité du membre et provoquant sueurs, nausées, vomissements et lipothymie....

Schéma de tête de vipère avec crochets venimeux. © DR

Les espèces vivantes usent largement de poisons pour :

  • se défendre, contre les microorganismes ou les prédateurs ; 
  • défendre leur territoire et leurs sources d'aliments contre la concurrence ;
  • obtenir une capacité offensive plus grande et plus économique que la force physique brute.
Nécrose de la main après une morsure de serpent. © DR

Les protéines constituent 90 à 95 % du poids sec des venins et sont responsables de la quasi-totalité des effets biologiques de ces derniers.

Les principaux agents toxiques des venins

Les venins contiennent de nombreux agents toxiques, dont :

  • les neurotoxines paralysantes dont l'action est comparable à celle du curare (les antagonistes du curare telle l'ésérine ne sont pas efficaces) ;
  • les hémorragines, vipéridés, causent des hémorragies ; 
  • les cytolysines détruisent les cellules, nécroses cutanées parfois importantes ;
  • la myotoxine des hydrophidés ;
  • les hémolysines attaquant les globules blancs du sang, empêchant la phagocytose, d'où les infections fréquentes ;
  • les substances histaminiques, réactions vasomotrices responsables du choc après morsure par les vipéridés ;
  • autres substances aux actions enzymatiques très diverses.
Abeille aiguillon grossie 700 fois . La piqûre entraîne dans ce cas la mort de l'animal. © DR

Réactions possibles après une piqûre 

  • une réaction locale douloureuse, une rougeur, un œdème, voire une légère induration, des démangeaisons. Cette réaction dure quelques heures. Une piqûre de guêpe, par exemple dans la bouche ou dans la gorge, peut être mortelle ;
  • une réaction toxique avec des réactions globales, fièvre, vomissements, diarrhée, céphalées, chute de tension, convulsions et une perte de connaissance ;
  • une réaction allergique, appelée choc anaphylactique, qui ne dépend pas de la dose de venin injectée.
Une piqûre d'abeille peut provoquer un choc anaphylactique. © DR

Symptômes et causes du choc anaphylactique

Il faut pour cela une première piqûre sensibilisante : des anticorps type IgE sont produits. Ces anticorps vont se fixer sur les mastocytes présents dans la peau, les intestins et les voies respiratoires. 

Lors de la seconde piqûre seulement : la combinaison de l'antigène (venin) avec l'anticorps (IgE - mastocytes) produit une libération brutale et importante d'histamine et d'autres substances présentes dans les mastocytes. Cette réaction se déclenche dans les 5 à 10 minutes. Ceci est très grave mais rare et ressemble à n'importe quel autre choc anaphylactique : urticaire généralisé, gonflement important, œdème de la langue, œdème de l'épiglotte et du larynx, oppression thoracique, angoisse et cyanose. Mais aussi perte de connaissance, nausées, vomissements, diarrhée et coma. Ce syndrome peut être mortel.