Planète

Tortue géante des Seychelles

DéfinitionClassé sous :zoologie , tortue , carapace
Afin d'éviter une extinction sur l'île d'Aldabra, divers groupes ont été implantés sur des îles voisines. © Szilas, Wikipédia, DP

Tortue géante des Seychelles (Schweigger, 1812) – Aldabrachelys gigantea

  • Ordre : Testudines
  • Sous-ordre : Cryptodira
  • Famille : Testudinidae
  • Genre : Aldabrachelys
  • Taille : 0,90 à 1,20 m 
  • Poids : 150 à 300 kg
  • Longévité : 50 ans en milieu naturel (supposée au-delà de 150 ans en captivité, mais cela n'a pu être vérifié, car l'espérance de vie de la tortue dépasse celle de l'être humain...)

Statut de conservation UICN : VU, vulnérable

Également surnommée tortue éléphantine, la tortue géante des Seychelles est la plus grande espèce de tortues existant sur la planète. Elle surpasse en taille et en poids la tortue géante des Galápagos. La carapace, de couleur beige ou brune, présente une forme bombée. Elle est formée d'une plaque nucale, de cinq plaques vertébrales, de quatre plaques costales, de 23 à 25 plaques marginales et d'une dernière plaque sus-caudale. Le plastron est plus clair et concave chez le mâle. Cette carapace qui semble invulnérable n'est en fait qu'une mince association de plaques cornées directement reliées aux terminaisons nerveuses. Les membres, robustes et épais, équipés de fortes griffes, sont suffisamment puissants pour soutenir le poids de l'animal. De même que la tête petite au museau corné, ils sont recouverts de petites écailles. Le cou est long pour sa taille, ce qui lui permet de brouter les branchages à près d'un mètre de hauteur.

Tortue géante des Seychelles. © Yotcmdr, Wikipédia, DP

Habitat de la tortue géante des Seychelles

La tortue géante des Seychelles est endémique de l'archipel du même nom, formé de 115 îles sur lesquelles elle était jadis dispersée. De nos jours, on trouve l'effectif le plus important sur les différentes îles de l'atoll d'Aldabra. Les populations sont réparties en quatre sous-espèces, dont trois encore en vie. Aldabrachelys gigantea gigantea était limitée à Aldabra, mais elle a été introduite sur de nombreuses îles telles que Curieuse, Frégate ou Moyenne, ainsi que sur l'île de Changuu, à proximité de Zanzibar. Aldabrachelys gigantea arnoldi a disparu de Mahé, mais a été introduite sur l'île Silhouette. Aldabrachelys gigantea hololissa, également éteinte sur l'île principale, a été introduite sur les îles de Cerf, Frégate, Praslin et Silhouette. Aldabrachelys gigantea daudinii, totalement éteinte, vivait sur l'île de Mahé. La tortue géante des Seychelles occupe différents types d'habitats, dont le maquis collinéen bas, la mangrove, les dunes côtières et les platins (zones de bord de mer), découvertes à marée basse.

Tortue éléphantine au zoo de Sydney. © OZinOH, Flickr, cc by nc 2.0

La carapace de la tortue géante des Seychelles présente des différences de morphologie, selon que la tortue soit brouteuse ou mangeuse de feuilles. La dossière des spécimens qui se nourrissent d'herbe descend bas sur le cou, tandis que celle des tortues qui mangent les feuilles des arbustes se soulève sur le dos afin de permettre aux animaux de lever le cou. L'habitat de la tortue géante des Seychelles se caractérise par le manque d'eau, que cette dernière trouve dans les végétaux qu'elle ingère. Elle occupe un créneau écologique semblable à celui de l'éléphant dans son milieu, en altérant le paysage lors de sa recherche de nourriture. Mais en contrepartie, elle permet la dispersion des graines en l'absence de grands mammifères. Elle peut se rencontrer en solitaire ou en troupeaux. La tortue géante des Seychelles recherche sa nourriture en suivant les pluies qui permettent à la végétation de croître. À la saison sèche, elle est parfois victime de déshydratation.

Reproduction

L'accouplement de la tortue géante des Seychelles est spectaculaire. Bien évidemment, la taille des animaux y est pour quelque chose. La ponte a lieu entre les mois de février et de mai. La femelle dépose entre 10 et 20 œufs, dont la moitié seulement est fertile, dans un trou creusé dans le sol meuble. Il peut y avoir plusieurs pontes par an. L'éclosion a lieu huit mois plus tard, entre les mois d'octobre et de décembre. La maturité sexuelle est atteinte lorsque la tortue parvient à la moitié de sa taille adulte, entre 20 et 25 ans, ce qui, compte tenu de sa longévité, n'est qu'une parenthèse.

Accouplement de tortues géantes des Seychelles. © Szlias, Wikipédia, DP

La tortue géante des Seychelles est végétarienne. Elle se nourrit de diverses espèces de végétaux : herbes diverses, plantes ligneuses, graminées, plantes succulentes, mais également de fruits mûrs tombés au sol. Il lui arrive de manger de petits invertébrés, et même des charognes.  

Menaces sur la tortue géante des Seychelles

La tortue géante des Seychelles a failli disparaître, car elle servait de garde-manger ambulant aux marins d'autrefois qui étaient assurés d'avoir en permanence de la viande fraîche. Mais dès le XIXe siècle, de nombreux scientifiques, dont Charles Darwin, ont collaboré avec le gouvernement de l'île Maurice pour assurer la protection des chéloniens. Leur reproduction en captivité a permis de les réintroduire sur certaines îles d'où les tortues avaient disparu et, de ce fait, elles ne sont plus considérées comme étant en danger. Pourtant, un changement brutal de son biotope pourrait avoir des conséquences graves sur sa survie. 

Quelques parcs et réserves où l'on peut observer la tortue dans son milieu naturel :

  • parc national marin de Sainte-Anne ;
  • parc national du Morne à Mahé ;
  • parc national marin de Curieuse ;
  • parc national de Praslin.