Planète

Tadorne de Belon

DéfinitionClassé sous :zoologie , ansériforme , anatidé
Le tadorne de Belon est le plus grand canard de surface de nos régions. © Yoki, Wikipédia, GNU 1.2

Tadorne de Belon (Linnaeus 1758) – Tadorna tadorna

  • Ordre : ansériformes
  • Famille : Anatidae
  • Genre : Tadorna
  • Taille : 0,58 à 0,67 m (envergure 1,05 à 1,13 m)
  • Poids : 1,1 à 1,4 kg
  • Longévité : 14 à 16 ans

Statut de conservation UICN : LC, Préoccupation mineure

Description du tadorne de Belon

Le tadorne est le plus grand des canards de surface dans notre pays. Du fait de sa taille, il est habituellement considéré comme une oie. La tête et le haut du cou sont verts, tandis que le reste du cou est blanc. Chez le mâle, le bec rouge est marqué par une caroncule située à la base de la mandibule supérieure. Une large bande rousse ceinture le corps de teinte blanche au niveau de la poitrine. Le milieu du ventre est noir, de même que les bandes latérales qui marquent les ailes. Ces dernières sont bigarrées de blanc, de noir, de vert et de roux. Les pattes palmées sont rosées.

Le tadorne de Belon est le plus grand canard de surface d’Europe. © Adrian Pingstone, Wikipédia, DP

Habitat du tadorne de Belon

On trouve le tadorne de Belon sur l'ensemble de l'Eurasie, depuis la Grande-Bretagne jusqu'en Chine, voire en Tunisie. Il fréquente principalement les littoraux sablonneux ou vaseux, les estuaires, les vasières et les lacs saumâtres ou salés. Il existe cependant une population permanente en Arménie autour du lac Arpi, situé à plus de 2.000 mètres d'altitude, qui est uniquement alimenté par les eaux de fonte. En France, on l'observe surtout dans le nord-ouest (Picardie, Normandie et Bretagne), mais il est également présent en Aquitaine et en Camargue.

Comportement du tadorne de Belon

Le tadorne de Belon possède la particularité de se regrouper en troupes nombreuses, réunissant à la fois les adultes nicheurs en phase de mue et les juvéniles non reproducteurs. Cette migration a lieu au mois de juillet, et l'on a déjà dénombré une centaine de milliers d'individus au milieu de millions d'autres oiseaux migrateurs et de diverses espèces de phoques sur la mer des Wadden, mer côtière s'étendant des Pays-Bas jusqu'au Danemark. Les oiseaux se concentrent alors en grand nombre sur les bancs de sable de ce site exceptionnel pour se mettre à l'abri des prédateurs terrestres et, une fois la mue terminée, s'en retournent vers leur site d'origine. Le tadorne est relativement silencieux en dehors de la période de reproduction.

Reproduction du tadorne de Belon

Le tadorne de Belon est très attaché à son territoire de nidification. Il installe généralement son nid dans un trou d'arbre, un talus ou même un terrier de lapin, sous des buissons ou même dans des endroits plus insolites tels que des cabanons en bois, des bunkers, etc. La ponte s'étale sur deux semaines et, pendant cette période, la femelle dépose de huit à dix œufs qu'elle couve seule pendant 30 jours. Les canetons sont nidifuges et sont capables de suivre leur mère aussi bien au sol que sur l'eau dans le jour qui suit l'éclosion. Ils adoptent leur plumage définitif au terme de 45 à 50 jours et effectuent alors leurs premiers vols. Lors de cette phase, pour pouvoir aller s'alimenter, les femelles forment des « nurseries » et confient la garde de leurs canetons à quelques adultes. Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle vers la deuxième année.

Poussins de tadornes de Belon. © Daniel Holl, Wikipédia, DP

Régime alimentaire du tadorne de Belon

Le tadorne de Belon se nourrit essentiellement de mollusques, de crustacés et de gastéropodes marins qu'il prélève en arpentant les vasières, par tamisage du sable à l'aide de son bec. Il complète son régime avec des insectes aquatiques qu'il trouve dans les prairies inondées.

Menaces sur le tadorne de Belon

Compte tenu de sa vaste distribution et de ses populations qui frisent les 700.000 individus (dont une petite moitié pour le paléarctique occidental), l'espèce n'est pas considérée comme menacée.