Photo d'un renard polaire. © Patrick Straub

Planète

Renard polaire

DéfinitionClassé sous :zoologie , canidé , renard

Renard polaire (Linnaeus 1758) - Vulpes lagopus

  • OrdreCarnivora
  • Sous ordreCaniformia
  • Famille Canidae
  • Genre Vulpes
  • Taille : 0,50 m (hauteur au garrot 0,30 m - longueur de la queue 0,40 m)
  • Poids : 2 à 9 kg
  • Longévité : 8 à 10 ans

Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure

Description du renard polaire

La morphologie du renard polaire ou renard blanc, s'est adaptée au froid qui règne dans sa région d'origine. Sa taille est inférieure à celle du renard roux, ses pattes sont plus courtes, ses oreilles plus petites et son museau plus court pour éviter la déperdition de chaleur. Sa fourrure très épaisse lui permet de supporter des températures chutant à - 70°. Le dessous des pattes est garni de poils pour protéger l'animal du contact direct avec la neige. La couleur du poil est blanc en hiver pour mieux se confondre avec l'environnement, et brunâtre en été. Sa longue queue touffue lui sert d'écharpe derrière laquelle il protège son museau et ses pattes.

Renard polaire en pelage hivernal. © Marcel Burkhard, CCA-S A 2.0 Germany license

Habitat du renard polaire

Le renard polaire dont il existe quatre sous-espèces, est présent dans toute la zone arctique au Groenland, au Canada, en Alaska, dans les îles du détroit de Béring, en Russie, au Svalbard, en Islande et en Scandinavie, bien que cette dernière population soit en régression.

Renard polaire en pelage estival. © A. Sowls, U.S Fish ans Wildlife Service, domaine public

Comportement du renard polaire

Le renard polaire également appelé isatis, vit dans la région la plus inhospitalière de la planète. En hiver, il doit s'adapter à des températures extrêmes et à l'obscurité, tandis qu'en été il doit s'habituer à la lumière permanente. Son territoire varie en fonction des ressources alimentaires disponibles. Le renard polaire n'hiberne pas au contraire de son cousin roux, mais il peut émigrer vers le sud sur de longues distances pour trouver des conditions plus favorables à sa survie le long des littoraux ou en frange des forêts boréales.

Reproduction du renard polaire

La période de reproduction qui s'étend de début septembre à début mai voit se former des couples monogames pour l'occasion. La gestation dure environ 52 jours. La femelle met bas des portées de six à sept renardeaux qui naissent aveugles au sein du terrier qui peut former de véritables réseaux souterrains. Ils ouvrent les yeux ou bout d'une douzaine de jours. Après le sevrage qui intervient au terme de la sixième semaine, le couple se charge de l'approvisionnement en nourriture des jeunes. Ceux-ci atteignent leur maturité sexuelle au bout d'un an.

Renardeau polaire. © John and Karen Hollingsworth, U.S Fish ans Wildlife Service, domaine public

Régime alimentaire du renard polaire

Le renard polaire se nourrit de rongeurs (lemmings), d'oiseau , d'œufs, de spermophiles, de baies, mais aussi de charognes qui peuvent être des restes de phoques tués par les ours blancs (phoques), ou des carcasses de cétacés échoués.

Menaces sur le renard polaire

Commun dans l'ensemble de son aire de distribution, c'est pour cette raison qu'il est classé en préoccupation mineure par l'UICN, le renard polaire est en danger d'extinction en Scandinavie ou il a été chassé à outrance pour sa fourrure. La population actuelle est estimée à seulement 140 individus répartis de la façon suivante : 60 en Suède, 50 en Norvège, 20 dans la péninsule de Kola et 11 en Finlande... Le niveau de viabilité est bien trop bas pour maintenir l'espèce en Fennoscandie malgré les pics de profusion de lemmings qui leur servent de nourriture. Bien qu'une action de sauvetage en milieu naturel (surveillance des populations, vaccination et aide à l'alimentation pour augmenter les mises bas) ait été mise en œuvre par le Swedish Artic Fox Project, la survie de l'isatis en Europe du Nord paraît bien sombre.

Cela vous intéressera aussi