La rascasse volante, magnifique poisson des récifs, est un plaisir des yeux pour les plongeurs. Mais il faut être prudent, car sa piqûre est très douloureuse, voire dangereuse. Deux espèces de ce carnivore sont considérées comme invasives : Pterois volitans sur la côte ouest de l'Atlantique et P. miles en Méditerranée. © Alexander Vasenin, CC by-sa 3.0

Planète

Rascasse volante

DéfinitionClassé sous :zoologie , rascasse volante , poisson-lion

La rascasse volante est aussi appelée « poisson-lion », « rascasse-poule », « laffe volant » ou « poisson-dindon » ; son nom scientifique est Pterois volitans (Linnaeus, 1758). Ce poisson appartient à la famille des scorpénidés (celle des rascasses).

  • Classe : Actinoptérygiens ;
  • Ordre : Scorpéniformes ;
  • Famille : Scorpénidés ;
  • Genre : Pterois ;
  • Taille : 30 à 35 cm.

Statut de conservation UICN : préoccupation mineure (LC).

Description de la rascasse volante et danger de la piqûre

La rascasse volante se caractérise par des nageoires longues, des appendices au-dessus des yeux, des lambeaux cutanés sous la bouche et une coloration en rayures très vive et variable d'une population à l'autre.

Elle peut être confondue avec Pterois miles, dont elle est difficilement distinguable, également appelée « rascasse volante » et qui vit en mer Rouge et dans l'océan Indien.

C'est un poisson venimeux. Le venin est conduit dans les épines creuses des nageoires dorsales, pelviennes et pectorales. Ce poison est mortel pour les petits animaux et provoque de vives douleurs chez l'Homme.

Écologie de la rascasse volante, alias le poisson-lion

Espèce solitaire, vivant rarement en groupes - de petites tailles -, la rascasse est un carnivore fréquentant les récifs, jusqu'à 55 m de profondeur. Elle vit dans l'océan Pacifique et au large des côtes nord-ouest de l'Australie, dans l'océan Indien. Depuis quelques années, elle a fait son apparition en Atlantique.

La rascasse volante, espèce invasive : Caraïbes, Méditerranée…

Pterois volitans a été introduite dans les Caraïbes, probablement par accident, quand l'ouragan Andrew a détruit un aquarium en Floride. Elle a depuis été observée le long des côtes ouest de l'Atlantique, aux États-Unis et, au sud, aux Bahamas, au Mexique et au Honduras.

En Méditerranée, l'espèce cousine, P. miles, semble commencer à se répandre depuis la mer Rouge.