Planète

Lycaon

DéfinitionClassé sous :zoologie , canidé , Loup
Photos de lycaons (Kruger National Park)© Bart Swanson - GNU FDL Version 1.2

Lycaon (Temminck 1820) - Lycaon pictus

  • OrdreCarnivora
  • Sous ordre Caniformia
  • FamilleCanidae
  • GenreLycaon
  • Taille : 1,00 à 1,50 m (hauteur au garrot 0,60 à 0,80 m - longueur de la queue 0,40 m)
  • Poids : 20 à 30 kg
  • Longévité : 11 ans

Statut de conservation UICN : EN en danger

Description du lycaon

Également appelé chien peint, le lycaon arbore une robe asymétrique composée de noir, de brun, de jaune et de blanc. La gueule et les joues sont généralement sombres et les oreilles grandes et rondes sont munies de poils pour empêcher les parasites et les insectes d'y pénétrer. Le canidé possède le quotient de puissance de mâchoires le plus élevé de tous les mammifères de l'ordre des carnivores, ce qui lui permet de briser et de manger une grande quantité d'os. Il n'a rien à envier à l'hyène sur ce point. Configurés pour la course d'endurance, ses pattes sont longues et son poitrail large. La queue se termine souvent par un manchon blanc.

Lycaon. © Michael Gäbler, CCA 3.0 Unported license

Habitat du lycaon

Le lycaon est un habitant typique des steppes et des savanes ouvertes ou boisées africaines. On le trouve au sud du Sahara, en Afrique australe et centrale, mais surtout dans l'est et le sud du continent depuis l'Éthiopie jusqu'au Zimbabwe.

Comportement du lycaon

Le lycaon est un prédateur qui chasse en meutes constituées d'une vingtaine d'individus qui tiennent compte de la hiérarchie mâles et femelles, et de l'âge. Comme chez les loups, il y a un couple dominant. C'est un animal endurant qui épuise ses proies à la course. Il peut tenir plus d'une heure à 25 km/h de moyenne. Le taux de réussite de capture est de 80 % contre 30 % pour les lions. Ils émettent des vocalisations pour coordonner leurs mouvements. Une fois la victime tuée, le lycaon se nourrit mais ramène également de la viande à la tanière pour la partager avec les vieux, les infirmes et les malades. En effet, ceux qui ne sont plus aptes à chasser ne sont pas écartés de la meute. 

Lycaons. © Philip Gabrielsen, CCA 2.5 Generic license

Il semblerait que le canidé puisse transmettre ses techniques de chasse de génération en génération, de la même façon qu'il est capable de laisser aux générations futures les emplacements des points d'eau ou d'autres informations indispensables à la survie du clan. Le lycaon est nomade et occupe des territoires pouvant couvrir des superficies allant de 500 à 1.500 km² sur lesquels il reste environ deux ou trois mois. Il ne se fixe que lors des périodes de reproduction.

Reproduction du lycaon

Bien qu'il y ait des pics d'accouplement entre mars et juin, la reproduction a lieu toute l'année. La période de gestation dure 70 jours au terme desquels la femelle met bas dans une tanière généralement creusée par un oryctérope, une portée de 2 à 19 petits. La moyenne tourne autour de 10. La femelle ne met bas qu'une fois par an. Les chiots sont allaités pendant une dizaine de semaines. Après trois mois, la tanière est abandonnée et les petits commencent à suivre les parents lors de leurs déplacements et à la chasse. Ils sont capables d'abattre des petites proies entre 8 et 11 mois, mais ne sont vraiment aptes à tuer des victimes plus grandes que vers 12 à 14 mois. Ils atteignent leur maturité sexuelle entre 12 et 18 mois.

Lycaons juvéniles. © Mosztics Attila - public domain

Régime alimentaire du lycaon

Les proies favorites du lycaon sont les ongulés : cobes, impalas, koudous, zèbres, gnous, phacochères. Des bêtes de 300 kilos ne les impressionnent pas. Ils mangent également de petites antilopes et des rongeurs. Bien que le pourcentage de réussite de capture soit impressionnant, le lycaon perd souvent sa proie face au lion, à l'hyène, au crocodile ou au léopard.

Menaces sur le lycaon

Considéré comme dangereux, cruel et nuisible, le lycaon a fait l'objet d'une chasse à outrance. Il ne reste qu'environ 3.000 individus sur tout le continent alors qu'ils étaient estimés à 100.000 au début du XXe siècle où il n'était pas rare d'observer des meutes d'une centaine d'animaux. Il est victime de l'expansion des cultures et des enclos d'élevage cernés de grillages qui les empêchent de se déplacer et fragmentent leurs territoires de chasse. Il est classé sur la liste rouge de l'UICN comme espèce en voie de disparition.