Planète

Loup gris

DéfinitionClassé sous :zoologie , canidé , chien
Loup gris. © Andreas Tille, GNU FDL Version 1.2

Loup gris (Linnaeus 1758) - Canis lupus

  • OrdreCarnivora
  • Sous ordre Caniformia
  • FamilleCanidae
  • GenreCanis
  • Taille : 1,10 à 1,50 m (hauteur au garrot 0,60 à 0,90 m - longueur de la queue 0,50 m)
  • Poids : 16 à 80 kg
  • Longévité : 10 ans

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure

Description du loup gris

Le loup gris est un animal élancé mais à la morphologie puissante qui ressemble au berger allemand. Selon l'environnement dans lequel il évolue, sa fourrure adopte une densité différente et des coloris allant du grisé au blanc, en passant par le crème, le brun, le noir et le roux.  La couleur de la partie supérieure est toujours plus sombre que la ventrale. Il présente généralement un masque facial blanc sur les joues et la gorge. Sa force est « portée » vers la tête, c'est pourquoi il a le poitrail large, le cou massif et court et les épaules larges, au contraire du train arrière moins robuste et plus bas que les épaules. Sa mâchoire est capable d'exercer une pression de 150 kg/cm² contre 60 kg/cm² pour le chien. Les pattes longues et minces sont faites pour la course d'endurance. L'animal possède une ouïe très fine et un odorat exceptionnellement aiguisé, alors qu'à l'inverse sa vision n'est pas très bonne.

Loup gris scandinave. © Malene Thyssen, GNU FDL Version 1.2

Habitat du loup gris

Selon les références, il existerait de 15 à 40 sous-espèces réparties en deux groupes : celles d'Europe et celles d'Amérique du Nord. On distingue également deux catégories de loups : les loups du nord plus grands et plus puissants qui vivent en Amérique du Nord, en Europe et en Asie septentrionale, et les loups du sud que l'on trouve en Afrique du Nord, dans la péninsule arabique et en Asie du Sud. La fourrure de ces derniers est plus courte, leur cerveau plus petit et leurs mœurs sont moins carnassières. Ils ressemblent étroitement aux loups reliques qui vivaient il y a 800.000 ans, alors que les loups du Nord sont issus d'une lignée qui ne date que de 150.000 ans. 

Loups européens au Zoodyssée de Chizé. © Patrick Straub

Avant qu'il ne soit pratiquement exterminé, le loup était présent dans un grand nombre de biotopes de forêts de plaine et de montagne jusqu'à 3.000 mètres d'altitude. Mais de nos jours, à cause de la pression humaine, il se cantonne dans les zones éloignées des habitations, capables de lui procurer la nourriture dont il a besoin. En France, la zone de présence permanente de la sous espèce Canis lupus lupus qui représente une cinquantaine d'individus, est limitée aux Alpes. Les populations italiennes sont plus disséminées mais comptabilisent un millier de loups, tandis que Canis lupus signatus dont on estime que la population avoisine les 2.000 spécimens, se cantonne à la péninsule Ibérique.  

Comportement du loup gris

Les loups vivent en meutes organisées selon une hiérarchie dictée par un couple dominant qui est généralement le seul à procréer. Les membres du groupe sont constitués du mâle et de la femelle alpha, et des jeunes des portées précédentes sur une ou plusieurs générations. C'est sur cette structure que s'établissent les liens de soumission et de domination. C'est le chef de la troupe qui décide du départ de la chasse et qui se nourrit en premier lorsque la proie est abattue. Les meutes sont en principe constituées d'une douzaine d'individus, mais des meutes de trente ont déjà été observées.

Loup gris arctique. © Gunnar Ries, CCA-S A 2.5. Generic license

Le moyen de communication principal est le hurlement et chaque loup possède une fréquence vocale distincte. Il sert à rassembler les membres de la meute et à conserver sa cohésion. Il sert également d'avertissement aux intrus. L'odorat joue également un rôle important car il permet d'informer les autres de son état (principalement les femelles lors de la période de reproduction), et à marquer le territoire. Mais le loup utilise aussi d'autres vocalisations pour échanger avec les autres : grognements, jappements, gémissements et des postures ou des expressions de la face. Ces manifestations désignent soit le contentement, l'anxiété, la protestation, la domination, la soumission et tous les autres sentiments ressentis par les animaux.

Loup gris. © U.S Fish and Wildlife Service, domaine public

Lorsqu'ils chassent, les loups le font en meute mais les chances de succès sont moindres que quand ils traquent leurs proies à deux. Généralement ils s'approchent discrètement  de la victime sélectionnée avant de charger. Un groupe va distraire le troupeau tandis que quelques autres s'en prendront à l'animal qui aura eu la malchance de s'isoler. Les attaques ont lieu par l'arrière et sur les côtés. Les loups mordent profondément dans la chair afin que le sang gicle à gros bouillons, et l'animal exsangue succombe rapidement.

Reproduction du loup gris

Selon les endroits, la saison de reproduction s'étend de janvier à mars. La femelle met bas de deux à trois louveteaux dans une tanière aménagée, au terme d'une gestation d'environ deux mois. La fertilité de la louve augmente avec l'âge et ses facultés de reproduction augmentent pour compenser les pertes. Les petits naissent aveugles et commencent à ouvrir les yeux au bout d'une douzaine de jours. La mère les allaite pendant six ou sept semaines, puis ils sont nourris avec de la viande régurgitée que leur procurent les autres membres de la meute.

Loup gris dans la neige. © Bernard Landgraf, GNU FDL Version 1.2

La tanière est abandonnée à cette période, mais les jeunes ne sont pas encore capables de suivre les parents. Ils sont donc « priés » de les attendre à un endroit appelé site de rendez-vous. Il peut y en avoir plusieurs selon la taille du territoire occupé. Vers 4 mois, les louveteaux apprennent les principes de soumission envers les adultes et se mettent à suivre les parents à 1 an. La maturité sexuelle intervient au bout de la deuxième année pour les femelles et à la troisième pour les mâles. Jusqu'à l'âge de 4 ans, le jeune loup se cherche une place hiérarchique au sein de la meute, et s'il ne la trouve pas, il est banni du groupe.

Régime alimentaire du loup gris

Le loup chasse principalement le gros gibier tel que le cerf, le wapiti, le caribou, le chamois, le mouflon, le bison même, le renne, voire le bœuf musqué et quantité d'autres ongulés. Marmottes, lièvres, renards, petits rongeurs et oiseaux ne sont pas dédaignés, ainsi que les baies telles que les myrtilles et les airelles. Il lui arrive également de pêcher les saumons à l'instar des ours lorsqu'ils sont en eaux basses.

Loup gris au Zoodyssée de Chizé. © Patrick Straub

Menaces sur le loup gris

Bien qu'il ait failli être exterminé et qu'il soit aujourd'hui protégé, le loup gris n'a pas de statut de menace. Seules quelques populations sont actuellement en situation critique, comme les loups pyrénéens et alpins. Cette dernière est diabolisée par les éleveurs qui leur attribuent des carnages sur les ovins dont ils ne sont pas toujours les auteurs. En effet, il a été établi dans une étude menée dans le Lubéron, que la majorité des pertes en bétail étaient dues aux chiens divagants. Un document du Cerpam établit que 85 % des attaques contre les ovins sont dues aux chiens.