Le cratère Dolomieu, que l'on voit sur cette photo, est, avec le cratère Bory, l'un des deux cratères volcaniques situés au sommet du piton de la Fournaise, à La Réunion. Comme les volcans d'Hawaï, c'est un volcan de point chaud. Son activité est cependant moins intense que celle du Kīlauea mais on peut la comparer à celle de l'Etna, en Sicile. © photogolfer, Shutterstock

Planète

Piton de la Fournaise

DéfinitionClassé sous :Volcan , piton de la fournaise , éruption

Le piton de la Fournaise est un des volcans les plus actifs de la planète, avec en en moyenne une éruption tous les neuf mois. Il se trouve sur l'île de la Réunion, un des territoires français d'outremer dans l'océan Indien, non loin de Madagascar.

Si l'Etna et le Stromboli sont devenus célèbres chez les amateurs de volcans grâce à Haroun Tazieff, c'est probablement à Maurice et Katia Krafft que le piton de la Fournaise doit sa notoriété. Tout comme le Kilauea à Hawaï, il fait partie d'un volcan bouclier et d'une île entièrement construite par l'activité volcanique et qui correspond à un point chaud.

On a de bonnes raisons de penser que le panache mantellique fixe qui l'alimente est actif depuis au moins 65 millions d'années et qu'il a créé un chapelet d'îles volcaniques, à savoir les îles Laquedives, les Maldives, l'archipel des Chagos et enfin les Mascareignes du fait de la dérive des plaques tectoniques. La manifestation la plus spectaculaire de ce panache a été la création des Trapps du Deccan en Inde qui ont certainement contribué à la disparition des dinosaures il y a 65 millions d'années.

L'éruption du piton de la Fournaise sur l'île de la Réunion du 26 août au 12 septembre 2015. © Ilotdrones, Vimeo

Le volcanisme du piton de la Fournaise, effusif et inoffensif

Les éruptions du piton de la Fournaise ne sont cependant pas dangereuses pour la population de l'île de la Réunion car il s'agit d'un volcanisme de type effusif, avec émission de coulées de laves fluides et chaudes, et pas du tout d'un volcanisme explosif qui peut conduire à la formation de nuées ardentes comme celles du Vésuve qui ont détruit Pompéi ou encore celles de l'éruption de la montagne Pelée en 1902 sur l'île de la Martinique, qui a tué environ 30.000 personnes dans la ville de Saint-Pierre. Tout au plus les coulées de lave peuvent-elles rejoindre l'océan en coupant des routes ou en détruisant des habitations mais les Hommes ont largement le temps de s'écarter. Il n'y a danger que pour les personnes inexpérimentées qui tenteraient de s'approcher au plus près des éruptions.

Il peut toutefois se produire des explosions dites « phréato-magmatiques », lorsque de la lave entre au contact de l'eau, sur les flancs du volcan notamment. Ainsi, en 1961, une explosion a-t-elle formé un panache de cendres s'élevant jusqu'à 6.000 mètres d'altitude, et une autre, en mars 1986, a-t-elle créé dans le cratère sommital Dolomieu un cratère de plus de cent cinquante mètres de profondeur.

Il n'en reste pas moins que le piton de la Fournaise est l'un des volcans les plus surveillés du monde avec la présence de l'Observatoire volcanologique du piton de la Fournaise qui fait partie de l'institut de Physique du globe à Paris.

Des images filmées en septembre 2016 par drone pendant plusieurs jours lors d'une éruption du piton de la Fournaise, par Ilotdrones en collaboration avec l'OVPF de l'île de la Réunion. © Ilotdrones, Vimeo

L'enclos Fouqué du piton de la Fournaise

La majorité des éruptions, qui peuvent durer de quelques heures à plusieurs mois, prennent naissance dans l'enclos Fouqué, la plus récente des caldeiras formées. En forme de fer à cheval de neuf kilomètres de large sur treize kilomètres de long, cette caldeira est surplombée par des parois hautes de cent à quatre cents mètres. Elle tire son nom du géologue français Ferdinand André Fouqué. Les laves émises donnent en se refroidissant des picrites, des roches volcaniques noires particulièrement riches en olivine et minéraux ferromagnésiens. Celles rencontrées sur l'île de la Réunion, l'archipel des Comores et à Hawaï sont qualifiées d'océanites. Lorsque les coulées atteignent l'océan Indien, elles peuvent se refroidir sous l'eau en donnant des laves en coussin, en anglais des pillow lavas.

L'île de la Réunion elle-même est le sommet émergé d'un cône aplati reposant sur le plancher océanique par 4000 m de fond, de base 200 km sur 240 km. L'activité volcanique à l'origine de la construction de l'île aurait débuté il y a 4 à 5 millions d'années mais elle aurait seulement émergé il y a 3 millions d'années avec ce qui allait devenir le piton des Neiges, aujourd'hui endormi, et qui culmine à 3 069 mètres.  Sur son flanc sud-est naîtra par la suite le piton de la Fournaise. Les deux massifs volcaniques étaient actifs il y a un million d'années, et ce pendant environ 500.000 ans. Le piton de la Fournaise forme aujourd'hui un cône de 30 km de diamètre, d'environ 2 632 mètres d'altitude et couvrant 26 % de la superficie de l'île.

Cela vous intéressera aussi

Interview : quels sont les différents types d’éruptions volcaniques ?  Les éruptions volcaniques font sans doute partie des catastrophes naturelles les plus destructrices et les plus spectaculaires. Elles ont lieu toute l’année et presque en permanence sur diverses régions du globe. Futura-Sciences a rencontré Jacques-Marie Bardintzeff, docteur en volcanologie, afin qu’il nous explique comment se déroulent ces éruptions.