Planète

Convention de Washington

DéfinitionClassé sous :développement durable , botanique , zoologie
Le logo de la convention de Washington à l’occasion de ses 35 ans. © Cites

Adoptée en 1973 et entrée en vigueur en 1975, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites), ou plus simplement Convention de Washington, réglemente le commerce international des espèces pour s'assurer de leur survie.

Ce traité international concerne la flore comme la faune, aussi bien sous forme de spécimens vivants (pour les animaleries, les zoos, etc.) que de produits dérivés (objets en bois, fourrures, remèdes traditionnels...).

Classement des espèces

Plus de 34.000 espèces sont ainsi considérées, suivant leur degré de conservation et de menace. Ces espèces sont classées en fonction de cela dans trois annexes qui déterminent dans quelle mesure elles peuvent être exploitées et commercialisées.

  • Les espèces de l'annexe I sont celles menacées d'extinction. Leur commerce ne peut se faire que dans des circonstances extraordinaires, comme dans le cadre de la recherche scientifique ou de la gestion des populations (surpopulation, réintroduction).
  • Les espèces de l'annexe II sont celles dont l'état de conservation ou la surexploitation peuvent menacer la survie.
  • Lorsque que les pays membres de la convention souhaitent que la commercialisation de leurs espèces protégées soit réglementée, celles-ci sont inscrites à l'annexe III.

Le cadre légal

Dans tous les cas, la commercialisation des espèces des différentes annexes nécessite des permis d'exportation (ou de réexportation) qui sont délivrés par les organismes de gestion des pays exportateurs. Seuls les organismes obtenus légalement et sans compromettre la survie de l'espèce peuvent prétendre à ces permis.

Les 175 pays membres de cette convention sont astreints à respecter le cadre juridique et les procédures de la Cites de manière à concilier commerce durable des espèces et conservation de la biodiversité.