Planète

Arbre phylogénétique

DéfinitionClassé sous :classification du vivant , zoologie , botanique
 
Exemple de représentation de la parenté entre les grands groupes d’êtres vivants, à l’aide de cet arbre phylogénétique simplifié et buissonnant. Le point de départ de la branche initiale correspond à l’hypothétique ancêtre commun à tous ces êtres vivants. © Madprime, Wikipédia, DP

Un arbre phylogénétique est une représentation schématique et buissonnante, permettant de mettre en avant une parenté entre espèces ou groupes d'espèces. Les êtres les plus proches ne divergent qu'au fil des dernières branches de l'arbre, tandis qu'une ancestralité commune éloignée est marquée par un positionnement sur des branches très divergentes.

Il s'établit normalement à l'aide d'une matrice taxons-caractères et s'accompagne souvent de chacune des innovations apparues successivement, permettant de distinguer les espèces entre elles.

L’arbre phylogénétique, une notion darwinienne

Charles Darwin, en expliquant l'évolution par les moyens de la sélection naturelle, fut l'un des premiers à exprimer une idée de parenté entre les espèces, et à justifier l'utilisation d'un arbre afin de sceller la proximité entre elles. Dans son ouvrage le plus célèbre, L'origine des espèces, publié en 1859, il n'y a qu'une seule illustration, celle d'un arbre phylogénétique, tandis qu'il argumente de l'intérêt de représenter ainsi le vivant.

L’arbre phylogénétique du vivant aujourd’hui buissonnant

Dans les premières représentations de l'arbre phylogénétique du vivant, comme celui d'Ernst Haeckel dans L'évolution de l'Homme, publié en 1879, la représentation schématique ressemblait réellement à un arbre, au sommet duquel on trouvait l'Homme, tandis que des espèces actuelles étaient représentées à des échelons bien plus bas.

Depuis la notion d'origine ancestrale commune à tous les êtres vivants de la Terre, connue comme Luca (Last universal common ancestor, ou dernier ancêtre commun universel), l'arbre du vivant est devenu un buisson circulaire, pour que tous les êtres encore existants figurent au même niveau, afin de marquer le même laps de temps d'évolution.