Pommier sauvage. © Bas Kers, Flickr CC by-NC-SA 2.0

Planète

Pommier sauvage

DéfinitionClassé sous :botanique , arbre , ecorce

Le pommier sauvage est un petit arbre, mesurant 8 à 12 mètres, à croissance assez lente et que l'on rencontre à l'état spontané dans certains bois.

Pommiers sauvages. © geograph.org.uk

Appellations 

De la famille des rosacées, le pommier sauvage (Malus sylvestris) est parfois nommé « pommier acerbe », à cause du goût acerbe de ses fruits, les cousins de la pomme.

Description botanique

Le tronc de cet arbre se divise en fortes branches obliques portant de nombreux rameaux quelque peu tortueux. Son houppier est large et arrondi. À l'âge adulte, son écorce, de couleur brun jaunâtre, a tendance à s'exfolier par plaques. Ses rameaux sont épineux. Ses feuilles caduques sont tomenteuses, c'est-à-dire comprenant des poils courts et denses à l'état jeune, en devenant ensuite glabres. Leur limbe, de couleur vert franc, est finement denté. Cet arbre s'épanouit vers le mois de mai, donnant des fleurs blanches, à cinq pétales et teintées de rose sur leur extérieur. Ses fruits ressemblent aux pommes cultivées, mais bien plus petits (3 à 4 centimètres de diamètre), avec une saveur très âpre, sauf pour certaines variétés plus douces.

Les fruits du pommier sauvage. © Hans Hillewaert, Wikipédia, CC 3.0 unported

Origines

Cette espèce se rencontre depuis fort longtemps dans toute l'Europe occidentale, surtout en France, en Suisse et en Belgique.

Exigences culturales

Le pommier sauvage se plaît surtout dans les forêts de feuillus, assez chaudes et un peu sèches, jusqu'à une altitude de 1.500 mètres. On peut le rencontrer toutefois à la lisière des bois et en bordure des champs.

Utilisation

Le bois de cette essence constitue un bon combustible. En tout cas, ce pommier a été souvent utilisé, en continuant à l'être, comme porte-greffe afin de sélectionner des variétés produisant des pommes comestibles.

Auteur : Michel Caron