Orme champêtre. © LPLT Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported, 2.5 Generic, 2.0 Generic and 1.0 Generic

Planète

Orme champêtre

DéfinitionClassé sous :botanique , bois , forêt

L'orme champêtre est un arbre commun qui pousse dans les haies et qui peut atteindre 30 à 35 mètres de hauteur. Il peut vivre jusqu'à 500 ans. Une grave maladie, la graphiose, a déjà occasionné de gros dégâts sur cet arbre, avec un dessèchement important de sa ramure.

L'orme champêtre. © Wouter Hagens domain public

Appellations

L'orme champêtre (Ulmus campestris) (Ulmus minor), encore appelé « ormeau », « ipréau » ou « yvet », fait partie de la famille des Ulmacées.

Description botanique

La couronne de cette espèce élégante est irrégulière, avec des branches maîtresses peu nombreuses, mais de forte section. Son écorce brun noir est profondément fissurée en plaques. Ses rameaux, de couleur brun rouge, sont grêles mais solides, en portant parfois des ailes liégeuses. Ses feuilles caduques sont alternes, de forme ovale à arrondie, avec une courte extrémité pointue. Elles sont curieusement asymétriques, avec un limbe plus grand d'un côté et leur bordure porte une double denture. Ce feuillage prend une belle couleur dorée en automne. Ses fleurs apparaissent en mars, avant les feuilles, et sont dépourvues de pétales, mais portent des étamines rouge pourpre bien reconnaissables. Ses fruits sont des samares, avec une sorte d'aile arrondie et échancrée qui porte une graine décentrée.

Origines

Ce bel arbre provient des îles britanniques, mais il s'est développé dans toute l'Europe, dans l'ouest de l'Asie et en Afrique du Nord, le plus souvent dans les régions riches en alluvions. Au Moyen Âge, dans le Midi de la France, on rendait la justice dans son ombrage !

Exigences culturales

L'orme champêtre réclame un sol fertile et frais, non acide, ainsi que les situations ensoleillées. Il est très résistant au froid et supporte jusqu'à -35°C de température.

Utilisation

Autrefois, le feuillage de l'orme champêtre était utilisé comme fourrage. Son bois est dur et résiste à l'humidité. Il est traditionnellement exploité en charpente, moyeux de roues, moulins à eau, poulies.

Auteur : Michel Caron