Planète

Aux Galápagos, une tortue disparue reparaît après 150 ans !

ActualitéClassé sous :zoologie , biologie , tortue

-

Une espèce éteinte qui reparaît ! C'est ce qui est arrivé pour Chelonoidis elephantopus, une tortue des îles Galápagos, qu'on croyait disparue depuis environ 150 ans. Il n'en était rien, comme le montrent des analyses génétiques récentes. Pourtant, personne n'a vu cette mystérieuse tortue...

Les tortues hybrides ont été trouvées sur les îles de l'archipel des Galápagos rendu célèbre grâce aux pinsons de Charles Darwin. © Université Yale

Une équipe de chercheurs emmenée par Adalgisa Caccone, de l'université Yale, a analysé le profil génétique des tortues vivant sur une des îles de l'archipel des Galápagos si cher à Charles Darwin. Ces scientifiques ont montré qu'il était très probable que la tortue Chelonoidis elephantopus, que l'on croyait éteinte depuis environ 150 ans, soit en réalité encore vivante.

Pourquoi seulement « très probable » ? Parce que... personne n'a vu la tortue en question. Mais l'ADN ne ment pas et l'analyse génétique réalisée par les chercheurs ne laisse pas de place au doute. Ces résultats ont été publiés dans Current Biology.

Migration par bateau pirate

Ce que les biologistes savaient, c'est que C. elephantopus s'était accouplée avant sa disparition présumée avec au moins une autre espèceC. becki. Et cela sur une deuxième île de l'archipel. Alors que C. elephantopus était endémique de l'île Floreana, sa cousine occupait l'île principale, Isabela. Ce sont certainement des pirates qui ont aidé la première à rejoindre la seconde au début du XIXe siècle. Ces animaux, terrestres, auraient été incapables de migrer sur des telles distances à la nage.

Les différents croisements observés par les scientifiques, pour les individus hybrides. Dans les deux premiers cas, à gauche et au centre, on a un croisement entre un individu pur et un individu hybride. Dans le troisième cas, un hybride F1 (issu de deux parents purs). © Garrick et al. 2012, Current Biology - adaptation Futura-Sciences

Pour parvenir à leurs conclusions, les scientifiques ont établi les profils génétiques de ces hybrides, réalisant des prélèvements sur 1.669 individus. Puis ils ont reconstruit l'histoire - le pedigree - des tortues de l'île. Chose assez complexe car les premiers hybrides se sont ensuite accouplés entre eux ou avec des spécimens « purs » de différentes espèces, menant à des degrés d'hybridation variés.

Une hybridation récente

Pourtant, ces analyses ont permis non seulement de confirmer qu'il y avait bien eu des croisements entre les différentes espèces, mais en plus, que 84 des individus étudiés possédaient un génome fortement similaire à celui de C. elephantopus. La très bonne conservation de l'ADN mitochondrial (qui n'est transmis que par la mère) et la jeunesse de certains des individus - trente d'entre eux ont moins de 15 ans - indiquent que ce croisement s'est effectué il y a peu, à savoir avant l'extinction présumée. Ce qui signifie que ces profils génétiques ne peuvent s'expliquer que si l'un des parents (et à plus forte raison la mère) appartenait à l'espèce C. elephantopus.

Malgré tout, les analyses montrent également que le nombre de spécimens purs encore vivants est extrêmement faible. Même si ces tortues peuvent peser plus de 400 kg, il sera difficile pour les chercheurs d'en capturer une dans la jungle de l'île qui abrite environ 7.000 tortues. Une aiguille dans une botte de foin.