Planète

Privatisation des autoroutes et protection de l'environnement

ActualitéClassé sous :Terre , privatisation des autoroutes , UICN

Le WWF et Réserves Naturelles de France ont écrit au Premier ministre et au ministre de l'Économie, des finances et de l'industrie pour demander que 10% de la recette de la privatisation des autoroutes servent à créer une grande fondation au service de la protection de la nature et de l'environnement en France et dans le monde.

Privatisation des autoroutes et protection de l'environnement

En effet, la France, contrairement à d'autres pays, et en particulier les pays anglo-saxons, n'a pas ou très peu de mécénat d'entreprises au service de cette cause. Selon l'ADMICAL, en 2002, seulement 4% du mécénat allait à une cause relative à l'environnement contre 57% pour la culture. De plus, le budget de l'État alloué à la protection de la nature et de la biodiversité est dérisoire.

Or, la France a une responsabilité mondiale en terme de préservation de la biodiversité. Présente en Outre-Mer dans 4 des principaux « points chauds » de la biodiversité mondiale, elle est dotée d'un patrimoine naturel exceptionnel mais très menacé. D'après l'UICN, la France se situe au 4ème rang mondial pour le nombre d'espèces en danger présentes sur son territoire.

Il faut rappeler que la France, avec la Charte de l'Environnement, s'est dotée d'une nouvelle exigence constitutionnelle reconnaissant à chacun le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé (« la préservation de l'environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation »). Le développement durable est également devenu une obligation constitutionnelle s'imposant aux politiques publiques.

Toutes les études sociologiques démontrent les attentes grandissantes de la part des Français et en particulier des jeunes pour une meilleure prise en compte de la préservation de notre patrimoine naturel en France et dans le monde (sondage Ipsos/France 2/WWF réalisé en juin 2005 auprès des 10/15 ans). En revanche, d'après l'enquête menée par la Sofres entre le 5 mars et le 23 avril 2003, l'environnement arrive dans les derniers rangs des priorités des parlementaires français (Rapport "Les parlementaires et l'environnement", Sofres 2003).

Enfin, l'ONU a proclamé les années 2005-2014 « Décennie mondiale pour l'éducation en vue d'un développement durable » et, en France, l'éducation à l'environnement pour un développement durable a été inscrite dans le cursus de l'Éducation Nationale.

C'est pourquoi, le WWF et Réserves Naturelles de France, au nom de la protection de la nature en France et dans le monde, se sont unis pour demander qu'une part significative des recettes de la privatisation des autoroutes serve à créer un fonds de soutien destiné à la sauvegarde de l'ensemble des milieux naturels.

« Les autoroutes et les activités qu'elles génèrent ont un impact majeur sur l'environnement. Afin d' inverser cet impact, une part de leur privatisation pourrait servir à promouvoir une meilleur prise en compte de la protection de la nature, fonds qui existe depuis des années en Grande-Bretagne avec le très renommé National Trust, ou dans d'autres pays, tel qu'en Hollande avec le fond émanant de la loterie nationale », explique Cedric du Monceau, Directeur Général du WWF-France.