Planète

Au fond du plus grand trou du monde

ActualitéClassé sous :Terre , DepthX , Marcus Gary

-

Une équipe américaine s'apprête à explorer le « cénote » Zacatón, une cavité circulaire profonde de plus de 300 mètres et jamais explorée depuis une tragédie qui a coûté la vie à un plongeur. Cette fois, c'est un robot qui descend. Complètement autonome, il a été conçu par la Nasa. D'ailleurs, ce cénote ressemble curieusement aux glaces d'Europa, une lune de Jupiter...

DepthX est paré à plonger. Cette soucoupe plongeante de 2,5 mètres se trouve au Mexique, près de la côte nord-est, au bord d'un gouffre inondé, un cénote comme disent les Mexicains, ou un dzonot comme disaient les Mayas. Pour un géologue, c'est une doline, grotte calcaire au toit effondré et empli d'eau, salée dans sa partie profonde quand elle communique avec l'océan par des failles. Ce cénote-là, appelé Zacatón, est particulier : c'est le plus profond du monde. Le fond se trouverait à plus de 300 mètres de la surface.

Marcus Gary en compagnie de DepthX dans le bassin de test de l'université du Texas (Austin). Crédit : Jackson School of Geosciences

En 1994, deux plongeurs expérimentés, Sheck Exley et Jim Bowden, ont tenté d'en atteindre le fond. Mais seul le second est remonté vivant. Un an plus tôt, un jeune homme, Marcus Gary, était tombé amoureux de l'endroit. Devenu géologue, il s'est lancé dans le projet d'explorer cette doline. Il s'agit de beaucoup plus qu'une aventure de plongée spéléo. Le cénote Zacatón fait partie d'un complexe réseau de failles largement inexploré. Durant huit ans, Marcus Gray et Jack Sharp, de la Jackson School of Geosciences (université du Texas), ont étudié le « système Zacatón ». Des populations bactériennes originales ont été découvertes, loin de la surface, et les chercheurs ont réalisé que ce réseau souterrain présente des analogies avec celui qui doit se trouver sous l'épaisse croûte de glace d'Europe, un satellite de Jupiter.

Sous la terre ou sous la glace

La conclusion est opportune car la Nasa s'intéresse du coup au cénote Zacatón. Le projet existe en effet d'envoyer un jour un engin spatial se poser sur Europa, en forer la glace et envoyer dessous un engin subaquatique pour étudier la composition de l'eau liquide dont on est sûr de l'existence. Mais avant Europa, il y a la Terre : sous les glaces de l'Antarctique se trouve également un réseau de rivières et de lacs que personne n'a jamais exploré. DeepthX (DEep Phreatic THermal eXplorer) a été conçu dans le but de tester un engin capable de se lancer dans cette spéléologie un peu particulière, par la Nasa et la firme Stone Aerospace (fondée par Bill Stone, un grand spécialiste de la plongée spéléo). Le système Zacatón représente le terrain d'entraînement idéal.


DepthX en février 2007, s'apprêtant à vérifier dans le gouffre de La Pilita ses capacités d'exploration en autonomie complète. Expérience réussie.
Crédit : Jackson School of Geosciences

Malgré sa masse respectable de 1,2 tonne, il n'emporte aucun passager mais on ne peut pas dire qu'il n'y a pas de pilote. La partie logicielle, créée à l'université Carnegie Mellon, rend ce robotcomplètement autonome. Grâce à ses sonars, il analyse son environnement et décide seul la direction qu'il doit prendre.

DepthX a déjà fait ses preuves. En février dernier, il est descendu à 150 mètres dans le gouffre de La Pilita, qui fait partie du système Zacatón. Cette série de plongées est donc la deuxième mais pas la dernière car il s'agit encore d'un test. Les premiers retours étant positifs, DeepthX retournera au mois de mai dans le cénote Zacatón, cette fois pour l'explorer le plus complètement possible en s'enfonçant dans les conduits qu'il trouvera.