Calotte arctique. © Gifford Miller

Planète

Réchauffement climatique : la calotte glaciaire du Canada est condamnée

Il y a au Canada des vestiges des glaces éternelles datant de la dernière glaciation. Ceux-ci devraient disparaître d'ici 500 ans au plus tard, voire même dans 300 ans, selon des glaciologues, si rien n'est fait pour limiter le réchauffement climatique.

Depuis le début de l'ère quaternaire, c'est-à-dire il y a environ 2,5 millions d'années, la Terre plonge régulièrement dans des périodes glaciaires pendant lesquelles d'importants inlandsis s'étendent sur les continents avant de régresser en partie pendant les périodes plus chaudes dites interglaciaires. La Terre a subi bien d'autres glaciations dans le passé, mais depuis environ 50 millions d'années, sa température globale était en cours de refroidissement. C'est vers le début de cette période que la banquise arctique a commencé à vraiment se former, probablement en raison des bouleversements climatiques résultants de la collision de la péninsule indienne avec le continent asiatique, ce qui a notamment changé les courants marins et atmosphériques.

Nous savons que les glaciations quaternaires s'expliquent très bien par les lois de la mécanique céleste qui font varier relativement périodiquement l'excentricité de l'orbite de la Terre et l'angle que fait son axe de rotation avec le plan de l'écliptique, c'est-à-dire son inclinaison. Ces changements des paramètres orbitaux de notre Planète causent en effet de grandes variations de la quantité de lumière reçue du Soleil pendant une saison donnée (jusqu'à ± 15 %). C'est ce que nous a appris au siècle dernier, l'astronome et géophysicien serbe Milutin Milankovitch. Les valeurs de l'excentricité et de l'inclinaison oscillent avec des périodes différentes (de l'ordre de quelques centaines de milliers d'années dans le premier cas et de quelques dizaines de milliers d'années, dans le second cas), mais lorsque toutes les deux sont faibles, on obtient une glaciation. Et lorsqu'elles sont maximales, on obtient une période interglaciaire.

Une vidéo sur la calotte de glace de l’île de Baffin au Canada. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Instaar

La disparition programmée de la calotte de glace de Barnes

Ces glaciations quaternaires devaient se poursuivre, mais c'était sans compter l'influence d'Homo sapiens et de sa technologie qui sont à l'origine d'un réchauffement climatique. Certes, on savait déjà que la banquise arctique en été est amenée à disparaitre bientôt à cause des émissions massives de gaz à effet de serre imprudemment causées par l'Homme. Mais selon un groupe de chercheurs canadiens et états-uniens qui vient de publier un article dans Geophysical Research Letters, ce sont aussi les derniers vestiges de l'inlandsis laurentidien, la calotte de glace qui recouvrait une large portion de l'Amérique du Nord pendant la dernière glaciation, qui devraient disparaître dans 500 ans. Et encore, cette estimation est faite en supposant que l'humanité arrive à s'entendre pour mettre en pratique les recommandations de la COP21 et ainsi limiter l'élévation de la température globale de la Terre à 2 °C au cours du XXIe siècle. Mais, si rien n'est fait et que la consommation des énergies fossiles se poursuit selon son rythme de croissance actuel, la couverture de "glaces éternelles" canadienne devrait fondre totalement d'ici 300 ans.

Une vue depuis l’espace de la calotte de glace de Barnes sur l’île de Baffin au Canada. © Jeff Schmaltz, Nasa, Earth Observatory

Ainsi, selon le glaciologue et géologue canadien Gifford Miller, on devrait de toute façon assister à la disparition de la plus ancienne glace du Canada, celle de la calotte de glace de Barnes, située sur l'île de Baffin. Elle est âgée de 20.000 ans. Sa fonte ne devrait pas faire beaucoup monter le niveau des océans mais elle sera symptomatique, par exemple, de la fonte de la calotte de glace bien plus importante du Groenland.

Les recherches montrent que la calotte de glace de Barnes est restée stable au moins durant les deux derniers millénaires. Mais en 2009, Miller a commencé à réaliser qu'elle avait notablement diminué en taille par rapport à des images satellitaires prises quelques décennies auparavant. C'est en développant un modèle pour comprendre et prédire l'effet du réchauffement climatique sur cette calotte qu'il en est arrivé à la conclusion qu'elle ne survivra pas au troisième millénaire. Ce modèle a été complété par des études de terrain qui ont montré que la calotte de Barnes disparaissait très rarement pendant des épisodes interglaciaires. Ainsi, pendant le quaternaire, elle n'a été réduite que trois fois à son étendue actuelle.

« Les données géologiques sont assez claires, a-t-il déclaré, la calotte ne disparaît presque jamais pendant les périodes interglaciaires. Le fait qu'elle soit en train de disparaître maintenant nous dit que nous sommes vraiment en dehors de ce que nous avons vécu depuis 2,5 millions d'années et que nous entrons dans un nouveau climat ».

COP 21 : une playlist vidéo pour tout savoir sur le réchauffement climatique  Du 30 novembre au 11 décembre 2015 se tient la conférence de Paris sur le climat ou COP 21. Ce sommet international doit aboutir sur un accord pour le climat, afin de maintenir le réchauffement climatique mondial en dessous de 2 °C. Futura-Sciences a regroupé pour vous, dans cette playlist vidéo, tout ce qu’il faut savoir pour comprendre les enjeux de cette conférence.