En 2016, la dune du Pilat culmine à 109,20 mètres d’altitude. © Graeme Churchard, Flickr, CC by 2.0

Planète

La dune du Pilat prend de la hauteur et gagne 30 centimètres

ActualitéClassé sous :paysages , dune du Pilat , plus haute dune d'Europe

Les experts de l'Observatoire de la côte aquitaine surveillent la dune du Pilat de près. Et ils l'affirment, celle qui détenait déjà le titre de plus haute dune d'Europe a encore un peu grandi.

109,20 mètres : c'est, selon l'Observatoire de la côte aquitaine (OCA), la hauteur à laquelle s'élève, en 2016, le point culminant du monument naturel exceptionnel que représente la dune du Pilat. Soit 30 centimètres exactement de plus qu'en 2011. « Une augmentation qui n'est toutefois pas systématique sur toute la crête de la dune », précise Julie Mugica, ingénieur littoral au BRGM.

C'est grâce à de nombreuses séries de mesures topographiques que l'OCA en est arrivé à ces conclusions. Ainsi, la dune est mesurée annuellement depuis 2009 grâce à un système de GPS différentiel d'une précision de l'ordre du centimètre. Et même si « la résolution de ces mesures est soumise au déplacement à pied de l'opérateur, elles permettent de suivre l'évolution de secteurs sensibles — soumis à l'érosion marine — et la tendance globale de l'évolution de la dune », précise Julie Mugica.

La dune du Pilat, située en bordure du massif forestier des Landes de Gascogne, à l’entrée du bassin d’Arcachon, mesure 3 kilomètres de long et 500 mètres de large. © Observatoire de la côte aquitaine, Com’ by AVM

La dune du Pilat sous toutes ses coutures

« Pour étudier l'évolution morphologique de la dune en 3 dimensions, un système de télédétection par laser— dit Lidar — couvre sa surface avec un point tous les mètres et une précision de plus ou moins 20 centimètres », poursuit Julie Mugica. Il est cependant assez lourd à mettre en œuvre. Les prochaines mesures seront réalisées en 2017.

Pour compléter toutes ces mesures, les experts de l'OCA procèdent également à des observations (terrain et aériennes) géomorphologiques : traces d'érosion ou d'accumulation, forme de la plage, falaise dunaire, forme de la crête, paléosols, indicateurs de végétation, etc. De quoi suivre l'évolution de la dune au fil des ans. Globalement, elle se déplace vers l'intérieur des terres, de 1 à 5 mètres par an au niveau du pied de dune côté terre. Et côté mer, malgré la prédominance des phénomènes d'érosion marine, le pied de dune reste stable et connaît même une accrétion.

« Il est fortement probable que le déplacement global de la dune du Pilat vers l'est se poursuive sous l'effet des vents dominants d'ouest. Dans un contexte de déficit sédimentaire, tel que c'est le cas sur tout le littoral aquitain, il est aussi fortement probable que la tendance de la dune à prévoir est une décroissance globale malgré un point haut relativement stable », conclut Julie Mugica.

L'oyat, la graminée qui stabilise des dunes du littoral  Implantée jadis sur le littoral dans les Landes et dans le département du Nord dans le but de stabiliser les dunes, l'oyat est une graminée adaptée à la sécheresse. L'enroulement de ses feuilles, garnies de petits poils, réduit l'évaporation, donc la perte d'eau. Ses rhizomes la maintiennent très bien dans un sol meuble et constituent également des réserves pour la plante. © MNHN