Un titanoboa attend patiemment que s'approche cet appétissant crocodile ou bien cette tortue géante, encore un peu loin. Cette magnifique illustration est l'œuvre de Jason Bourque, étudiant à l'université de Floride et qui a participé à l'étude. © J. Bourque

Planète

Titanoboa, le plus grand serpent du monde, mangeait des crocodiles

ActualitéClassé sous :paléontologie , Titanoboa , Cerrejón

Dans une mine de charbon colombienne gisait un fossile d'un gigantesque serpent long de treize mètres. Il y a un peu moins de 60 millions d'années, Titanoboa cerrejonensis devait se nourrir de crocodiles. Sa taille, expliquent ses découvreurs, impliquent un climat très chaud.

Au nord-est de la Colombie, Cerrejón, la plus grande mine de charbon à ciel ouvert du monde, a livré une flore fossile intéressante. Les paléobotanistes la connaissent comme la formation Cerrejón, datée entre -60 et -58 millions d'années, en plein Paléocène, première époque du Cénozoïque, juste après l'épisode d'extinction massive qui a coûté la vie aux dinosaures. Elle vient à nouveau de défrayer la chronique avec la découverte de fossiles de serpents géants d'une espèce jusque-là inconnue. Ce reptile décroche le record de longueur, avec une taille entre 12,6 et 13,5 mètres, pour un poids pouvant aller jusqu'à 1,25 tonne. A titre de comparaison, les plus grands serpents actuels, les anacondas, ne dépassent pas 7 mètres.

Ses découvreurs, notamment Jason Head (Department of Biology, université de Toronto, Mississauga, Ontario, Canada) et Jonathan Bloch (Florida Museum of Natural History, université de Floride, Etats-Unis), l'ont baptisé Titanoboa cerrejonensis, le titanesque boa de Cerrejón. Grâce aux vertèbres et aux côtes qui ont été dégagées, appartenant à 28 individus, les paléontologues ont en effet pu rapprocher cette espèce disparue du boa constrictor, qui vit aujourd'hui en Amérique du sud mais ne dépasse pas les quatre mètres. A proximité immédiate des ossements des serpents se trouvaient ce qui semble être les restes de leurs derniers repas, constituées de tortues géantes et de crocodiles.

Saurez-vous attribuer ces deux vertèbres à leurs propriétaires respectifs, sachant que l'une est celle d'un anaconda actuel et l'autre a appartenu à un titanoboa ? © Ray Carson/Université de Floride

Faisait-il plus chaud qu'aujourd'hui ?

Cette taille immense soulève le problème... du climat. Les serpents étant poïkilothermes (ce qui signifie que leur température corporelle varie), leur taille est limitée par la température extérieure. Basse, elle impose un métabolisme lent qui ne peut suffire à un corps trop grand. En comparant avec les espèces actuelles de serpents, les auteurs estiment qu'il devait faire chaud dans la Colombie du Paléocène, entre 30 et 34°C estiment-ils.

Cette valeur rejoint celle qu'indiquent les modèles climatiques, prédisant pour cette période une forte concentration de gaz carbonique. Elle confirme qu'à cette époque, il existait entre les régions tropicales et les latitudes plus hautes une différence de température semblable à celle que nous connaissons aujourd'hui. Cette déduction contredit une autre hypothèse qui suggère une zone tropicale en quelque sorte thermostatée avec une température stable quand les autres régions de la planète voient les températures monter ou descendre.

Cité par le magazine en ligne de Nature, le biologiste Harry Greene (université de Cornell) fait remarquer que l'évaluation de la température à partir de la taille de ce titanoboa s'appuie sur une longueur maximale des anacondas actuels de 7 mètres environ. Il suffirait donc de dénicher dans la forêt amazonienne un spécimen nettement plus grand (le record officiel est de 10 mètres) pour que l'on doive revoir à la baisse la température au Paléocène...