Les griffes du Therizinosaurus, le reptile à la faux, qui a donné son nom à toute la famille, pouvaient atteindre 70 cm, voire 1 m, selon des estimations pour les plus grands individus. © Stephan Lautenschlager, université de Bristol

Planète

Des griffes multifonctions chez les dinosaures théropodes

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , théropode

« Ô mère-grand, comme vous avez de longues griffes ! », aurait pu demander quelque vertébré terrestre du Crétacé face à cet imposant théropode. « C'est pour mieux creuser, saisir et percer, mon enfant », aurait pu lui répondre le Therizinosaurus. Selon des scientifiques qui ont analysé ces énormes appendices, ils étaient en effet plutôt d'inoffensifs couteaux suisses que de dangereux poignards.

À l'évocation des mots « dinosaures théropodes », on imagine aisément des géants carnassiers, tels le Tyrannosaurus, le Giganotosaurus ou le Carcharodontosaurus, ou bien des carnivores plus malingres mais capables d'opérer en groupe, comme les Velociraptorou les Deinonychus. Certains resteront au présent et penseront plus prosaïquement aux oiseaux. Mais peu tourneront subitement leur esprit vers les thérizinosauridés.

Ces géants disparus (jusqu'à 5 m de haut) sortaient pourtant du lot, avec leurs griffes immensément longues, parfois de 70 cm, qui terminaient leurs membres antérieurs. À quoi pouvaient-elles bien servir ? À mieux transpercer leurs proies ? Peut-être... mais quel intérêt pour ces êtres majoritairement herbivores, qui pouvaient croquer au passage un rongeur à l'occasion ? À se protéger de leurs prédateurs ? C'est plausible. Mais sûrement avaient-elles d'autres fonctions.

C'est exactement la question à laquelle Stephan Lautenschlager, de l'université de Bristol (Royaume-Uni), a voulu répondre. Ses collègues et lui se sont intéressés à ces théropodes particuliers et viennent de publier un article dans Proceedings of the Royal Society B sur le sujet.

Le Therizinosaurus, qui vivait à la fin du Crétacé, avait une allure bien étrange… © Alina Zienowicz, Wikipédia, cc by sa 3.0

Des couteaux suisses à la place des griffes

L'étude repose sur la modélisation informatique des griffes de 65 espèces de théropodes, afin d'avoir une idée de leur utilité, tout en les comparant avec celles de 40 espèces de mammifères, dont la fonction est bien connue.

Cette analyse minutieuse suggère que les Therizinosaurus se servaient de leurs excroissances osseuses principalement pour creuser la terre à la recherche de racines délicieuses, percer ou saisir, comme avec un harpon, et probablement pour se faciliter l'accès aux feuilles des branches. Chaque espèce était plus ou moins spécialisée. Les Therizinosaurus étaient plutôt adeptes de la saisie, alors que les Nothronychus devaient être meilleurs pour creuser. D'autres, comme l'Alxasaurus, se révélaient sûrement plus généralistes.

De l’évolution des oiseaux

Ces innovations vont souvent de pair avec des modifications de la mâchoire et de la dentition, du fait d'un changement de régime alimentaire. En bons théropodes ayant vécu entre 145 et 65 millions d'années, ces herbivores descendaient tous d'un ancêtre carnivore. La transition s'est accompagnée d'adaptations progressives afin de maximiser la fonction.

En comprenant mieux l'évolution de ces géants, les chercheurs espèrent en découvrir davantage sur le chemin évolutif qui a mené aux oiseaux. Si les volatiles ne sont pas les descendants directs de ce groupe de dinosaures, ils restent des théropodes qui ont, pour une partie, opté pour un régime herbivore. Les scientifiques pensent donc pouvoir estimer les modifications squelettiques dues au changement d'alimentation ou permettant l'aptitude au vol.