Planète

Réchauffement : le niveau de la mer s'élèvera-t-il plus vite que prévu ?

ActualitéClassé sous :océanographie , Inlandsis laurentidien , Groenland

Si les évaluations effectuées récemment par une équipe de géologues américains sont correctes, le niveau moyen des océans s'élèverait bien plus rapidement que prévu sous l'effet du réchauffement climatique.

Un iceberg détaché suite à la fonte du glacier Jacobshavn en 2005. Crédit : université du Colorado

Conduite par Anders Carlson, l'équipe de scientifiques de l'Université de Madison (Wisconsin) fonde ses déductions sur l'extrapolation par des moyens informatiques puissants d'archives marines et terrestres afin de déterminer de quelle façon la fonte de la couche glaciaire du Groenland pourrait agir sur l'élévation du niveau des océans. Les conclusions sont en cours de publication dans Nature Geoscience du 31 août 2008.

Selon les chercheurs, toutes les estimations effectuées jusqu'à ce jour ont été très largement sous-estimées, car aucun évènement dans le passé de la Terre n'a provoqué un réchauffement climatique aussi rapide que celui que nous connaissons actuellement. En se basant sur les conséquences de la fonte de la couche de glace recouvrant le Groenland, d'environ 1,7 million de km², l'équipe estime que les prévisions de l'élévation du niveau des mers pourraient être sous-évaluées d'un facteur deux ou trois.

Anders Carlson en pleine action. Source : blog du chercheur

Ainsi, la fonte de l'Inlandsis laurentidien, une immense calotte de glace qui, il y a 20.000 ans, recouvrait une grande partie de ce qui est aujourd'hui le Canada et les Etats-Unis, a commencé à fondre il y a environ 10.000 ans suite à un pic dans l'accroissement du rayonnement solaire provoqué par le mouvement cyclique de l'axe de rotation de la Terre. La fonte s'est encore accrue lors de deux autres pics, il y a 9.000 et 7.600 ans, ce qui a fait monter le niveau de la mer d'environ 15 mm par an.

Un demi-mètre de plus à la fin du siècle ?

La vitesse maximale d'élévation a été atteinte alors que la température moyenne estivale du Groenland atteignait celle prévue pour la fin de ce siècle. Les estimations les plus récentes accordaient une valeur d'élévation moyenne, au cours de ce siècle de 2,5 à 10 centimètres. Mais selon la nouvelle étude, la réalité devrait plutôt se situer autour de 8 mm par an, soit 33 à 66 cm au cours du siècle.

Même de très légères modifications du niveau des océans sont problématiques au niveau des populations humaines qui vivent à proximité des rivages, estiment les scientifiques. Ces nouvelles données devraient être considérées comme directrices, prévient Anders Carlson, rappelant que plusieurs centaines de millions de personnes seront directement concernées.

L'impact des réchauffements qu'a connus la Terre au cours des 10 millénaires écoulés a été estimé par l'équipe de l'Université de Madison très simplement mais avec une faible marge d'erreur, simplement en mesurant exactement la durée d'exposition aux rayons cosmiques des roches dégagées lors de la fonte de l'inlandsis laurentidien, puis en mettant ces observations en corrélation avec la datation au carbone 14 du matériau organique qu'elles renferment ainsi que des changements observés dans le taux de salinité de l'océan.