Planète

En bref : El Niño aurait atteint son pic d'intensité

ActualitéClassé sous :océanographie , océan , climatologie

CNES

Comme le montrent les dernières cartes de mesures altimétriques de l’océan Pacifique, l’épisode El Niño 2015-2016 se confirme comme le plus intense depuis celui de 1997-1998. Ce phénomène naturel récurrent a provoqué récemment une première grosse tempête de la saison en Californie, aux États-Unis.

Le portail de référence de l’altimétrie Aviso+ a publié sa dernière carte mensuelle des anomalies de hauteur des mers. La longue langue rouge centrée sur l’équateur d’El Niño saute aux yeux. Surnommé « l’enfant terrible du Pacifique », celui-ci induit une élévation du niveau des mers d’environ 20 cm mesurée par des satellites comme Jason-2, situé sur une orbite à 1.336 km d’altitude. © Cnes, EU Copernicus Marine Service

Pour réaliser la carte de décembre 2015, l'équipe Cnes/CLS a compilé les données de quatre satellites altimétriques : Jason-2, Saral-Altika, HY-2A et Cryosat. Elle aura bientôt une corde de plus à son arc avec le lancement, ce dimanche 17 janvier 2016, de Jason-3. Celui-ci permettra d'assurer au moins jusqu'en 2020 la continuité des mesures du niveau des océans, capitales dans le contexte du réchauffement climatique. À l'instar de ses prédécesseurs, Jason-3 s'installera sur une orbite fortement inclinée à 1.336 km qui lui permettra de survoler 95 % des océans libres de glace tous les 10 jours.

Le satellite franco-américano-européen décollera à bord d'une fusée Falcon 9 depuis la base de Vandenberg, en Californie (États-Unis). En espérant qu'El Niño ne vienne pas mettre son nez là-dedans en reportant le tir pour raisons météorologiques. Mercredi 6 janvier 2016, la Californie a essuyé sa première grosse tempête de la saison avec des records de pluviométrie qui ont provoqué inondations et glissements de terrain. Qui se cache derrière ces trombes d'eau ? El Niño, évidemment !

« L'épisode El Niño actuel se confirme comme le plus intense depuis 1997-1998, a déclaré Thierry Delcroix, chercheur au Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales (Legos) de Toulouse. Il a atteint mi-décembre les côtes américaines. Il devrait maintenant diminuer en intensité. L'élévation du niveau de la mer est moins forte le long des côtes sud-américaines qu'en 1997-1998 et semble s'étirer plus à l'ouest. Chaque El Niño a ses propres caractéristiques dont beaucoup restent à comprendre. »

  Les commentaires ne sont pas disponibles pour le moment.