Planète

En bref : un bébé raie manta observé par échographie

ActualitéClassé sous :océanographie , zoologie , requin

Les raies manta donnent directement naissance à des petits. Mais comment font-ils pour s'oxygéner à l'intérieur de l'utérus sans cordon ombilical ni placenta ? C'est simple, tout comme les poissons dans l'eau, les embryons aspirent activement le fluide intra-utérin oxygéné par la bouche, le font passer sur les branchies et l'expulsent par les spiracles. Une grande première chez un vertébré.

La durée de gestation des raies manta est de 13 mois. À terme, elles peuvent donner naissance à un ou deux petits qui sont de véritables manta miniatures. Ils nagent comme leurs parents et adoptent d'ailleurs leur mode de respiration, dès leur libération dans le milieu marin. © Okinawa Churaumi Aquarium

De nombreuses espèces de requins et de raies sont ovovivipares. Les embryons se développent initialement à l'intérieur d'œufs qui vont éclore dans l'utérus de la mère. Ils poursuivent alors leur croissance jusqu'à ce qu'ils soient expulsés vers le milieu extérieur. À l'inverse de la situation rencontrée chez les mammifères, les embryons libérés dans le milieu intra-utérin n'ont ni cordon ombilical, ni placenta. Mais alors, comment peuvent-ils respirer et donc s'oxygéner ? Une partie du mystère vient d'être dévoilée dans la revue Biology Letters par Taketeru Tomita du Hokkaido University Museum.

En novembre 2008, un pêcheur a malencontreusement capturé une raie manta dans ses filets au large de l'île japonaise d'Okinawa. Il a tout de suite fait appel à des chercheurs étudiant justement la reproduction de ces chondrichtyens à l'Okinawa Churaumi Aquarium. À tout hasard, ceux-ci ont pratiqué une échographie sur l'animal après l'avoir immobilisé à l'intérieur d'une cuve, un rien trop étroite, de 3,7 mètres de large. La surprise a été de taille, la Manta alfredi abritait en effet un embryon en parfait état de santé, mais qui ouvrait et fermait constamment sa bouche. Les enregistrements vidéo et des embryons de raies ont été analysés par Taketeru Tomita.

Les résultats sont tombés, les bébés raies aspireraient activement le liquide intra-utérin oxygéné par la bouche, le dirigeraient vers les branchies et l'expulseraient par les spiracles, un mode de respiration pratiqué par de nombreux poissons, mais pas par les raies manta adultes qui se contentent de nager la bouche ouverte. La découverte de cette respiration active intra-utérine serait une première mondiale au sein du groupe des vertébrés. Ce phénomène est en revanche régulièrement observé chez des requins se développant à l'intérieur d'œufs libérés dans le milieu extérieur. Le bébé raie est né 8 mois après la capture de sa mère. Il pesait alors 50 kg et présentait une envergure de 2 m.