Planète

La fonte de l'Arctique a-t-elle amplifié l'ouragan Sandy ?

ActualitéClassé sous :météorologie , ouragan , Sandy

L'ouragan Sandy doit sa puissance et sa violence à une série d'événements : anomalies atmosphériques, période des grandes marées... Dans une nouvelle étude, des chercheurs suggèrent que cette série d'événements n'est pas un concours de circonstances. La fonte exceptionnelle de l'Arctique en septembre 2012 serait la grande responsable. Le changement climatique influe-t-il donc sur la météo ?

La ville de New York a été plus touchée par l'ouragan Sandy que ce qu'avaient prévu les autorités. Le phénomène de surcote était maximal (de quatre mètres) et Manhattan a été inondé en intégralité. D'après une équipe de recherche de l'université Cornell, le réchauffement climatique pourrait bien être la cause de cette véritable anomalie météo. © @Linomartone, Twitter

L'ouragan Sandy est né en mer des Caraïbes, le 23 octobre 2012. Alors tempête tropicale, Sandy s'est développée en ouragan de catégorie 1 en 24 heures. La Jamaïque, Haïti, Cuba et les Bahamas ont été les premières terres frappées. Au lieu de continuer son chemin vers le nord-est de l'océan Atlantique, comme le font les autres ouragans, Sandy a dévié de sa trajectoire. L'ouragan a migré vers l'ouest et a frappé New York de plein fouet.

Le cyclone a été particulièrement inhabituel. Contrairement aux autres ouragans ou tempêtes tropicales, Sandy ne s'est pas affaibli en atteignant les côtes. L'énergie ne s'est pas dissipée car un plongeon du courant-jet vers le sud l'a maintenue. Le courant-jet est un courant atmosphérique qui se propage d'ouest en est à haute altitude. Mais à la fin du mois d'octobre 2012, ce dernier était complètement orienté nord-sud, ce qui a déclenché une incursion d'air froid venu de l'Arctique.

Les conditions atmosphériques lors de l'arrivée de l'ouragan Sandy sur les côtes américaines. La lettre H caractérise la zone de hautes pressions qui a induit le blocage atmosphérique. La forme sinusoïdale du courant-jet (jet stream) a induit une incursion de l'air arctique (arctic air) vers le sud. © Climate Central

L’ouragan Sandy, violent à cause de la fonte de l’Arctique

Beaucoup attribuent la violence de Sandy à un concours de circonstances. D'abord, une configuration de hautes pressions entre le Groenland et l'Atlantique nord-ouest a provoqué un blocage atmosphérique. Celui-ci a empêché le cyclone de continuer sa trajectoire vers le nord. Sandy a alors complètement dévié sa trajectoire vers l'ouest. Une telle migration n'avait jamais été observée. En outre, sur sa trajectoire, l'ouragan (qui était alors en train de faiblir) a rencontré un cyclone extratropical. Ils ont convergé et donné naissance à une supertempête hybride. Au centre, la pression était particulièrement basse.

Ainsi, la combinaison de la formation d'une supertempête, d'une très faible pression au centre et du blocage au nord a créé une zone de vents d'est extrêmement violents qui ont accumulé l'eau vers l'ouest, donc sur les côtes américaines. Et ce, en période de Pleine Lune et de grandes marées. Des chercheurs de l'université Cornell, conjointement avec l'université Rutgers, se sont précisément intéressés à cette série d'événements. Leur étude, publiée dans la revue papier Oceanography suggère que la fonte spectaculaire de l'Arctique en septembre 2012 aurait augmenté la fréquence de blocage du courant-jet. Elle aurait favorisé l'invasion des masses d'air froid de l'Arctique vers les moyennes latitudes et aurait favorisé le méandre du courant-jet.

Aucun lien direct n'a pu être établi entre le phénomène atmosphérique de fin octobre et la fonte record. Mais les observations concordent avec le raisonnement. En fin de compte, les probabilités que Sandy ait été aussi violent à cause de la fonte de l'Arctique ou plutôt à cause d'un concours de circonstances sont les mêmes.