Vous avez peur de vous faire piquer par une abeille ? Lisez plutôt ce top 7. © Eric Isselee, Shutterstock

Planète

Top 7 des pires piqûres d'insectes

ActualitéClassé sous :insectes , zoologie , piqûre

Avec l'arrivée du printemps, les abeilles sont de retour et sortent de la ruche pour butiner les fleurs. Certains d'entre nous craindront de se faire piquer par ces butineuses. Certes cela fait mal, mais peut-être pas autant que d'autres piqûres d'insectes bien plus redoutables... Alors quelle est la pire piqûre au monde ? Pour le savoir, un entomologiste, Justin Schmidt, a créé une échelle qui porte son nom (l'indice Schmidt) afin de noter la douleur induite par des piqûres d'insectes hyménoptères. Et il en a testé beaucoup. Âmes sensibles s'abstenir.

Article paru le 9/09/2016

Pour son travail d'entomologie, Justin Schmidt avait besoin d'être en contact étroit avec un grand nombre d'insectes. Mais pour comparer leur venin, il fallait bien évaluer leur toxicité et la douleur engendrée. C'est ainsi qu'est née la « Schmidt Pain Scale for Stinging Insects » (ou index Schmidt), une échelle qui note entre 1 et 4 la douleur induite.

Voici donc sept insectes hyménoptères qui illustrent la diversité des piqûres qu'il a endurées. Attention, ça va faire très mal...

Numéro 7 : la fourmi de feu

Malgré son nom peu engageant, la fourmi de feu Solenopsis invicta, originaire d'Amérique du Sud, ne vous laissera qu'une piqûre classée au niveau 1 de l'index Schmidt. Sa piqûre est « forte, soudaine, légèrement alarmante. » Pour le chercheur, elle s'apparente au fait de marcher sur un tapis à poils durs en cherchant l'interrupteur électrique.

Numéro 6 : l’abeille

Beaucoup d'entre nous l'ont expérimentée. L'abeille Apis mellifera que l'on trouve en Europe pique en induisant un niveau 2 de douleur. Sa piqûre brûle la peau, un peu comme le ferait une tête d'allumette.

Numéro 5 : la guêpe

Vespula pensylvanica  testée par l'entomologiste américain est une guêpe d'Amérique du nord proche de la guêpe européenne. La douleur est estimée à un niveau 2 sur l'index Schmidt. Chaude, cette piqûre serait comparable à l'effet de quelqu'un qui éteindrait « son cigare sur votre langue ».

Numéro 4 : la fourmi rouge moissonneuse

Pogonormyrmex badius est originaire d'Amérique du Nord. Sa piqûre atteint le niveau 3 de douleur sur l'index Schmidt. Le chercheur la compare à quelqu'un qui utilise une perceuse «  pour creuser votre ongle incarné ».

Cette guêpe s’attaque à une tarentule. Et elle fait très mal. © Astrobradley, Wikimedia Commons, DP

Numéro 3 : la guêpe Pepsis

Les guêpes Pepsis sont originaires d'Amérique. Elles font partie de la famille des pompiles, des guêpes chasseuses d'araignées. La fameuse « Tarantula hawk » s'attaque aux tarentules. La douleur de sa piqûre est électrique et atteint le niveau 4 sur l'index Schmidt. C'est comme si « un sèche-cheveux tombait dans votre bain moussant ».

Numéro 2 : la fourmi « balle de fusil »

Son nom n'inspire rien de bon... Et pour cause : Paraponera clavata, une fourmi d'Amérique centrale et du Sud, atteint elle aussi le niveau maximum de douleur sur l'index Schmidt (4). La douleur est intense puisque c'est comme « marcher sur un charbon ardent avec un clou de 3 pouces (10 cm) dans le talon ».

Numéro 1 de la douleur : la guêpe guerrière

Synoeca septentrionalis ou guêpe guerrière est présente en Amérique du sud. Et cette fois pour décrire sa piqûre il s'agit carrément de « torture. Vous êtes enchaîné dans l'écoulement d'un volcan actif ».

Les abeilles Jadai protégées par des guerrières  Les nids des abeilles Jadai, Tetragonisca angustula, sont surveillés par des individus soldats morphologiquement adaptés à leur rôle. La protection est à la fois terrestre et aérienne. © Christoph Grueter, université du Sussex