Planète

L'essai nucléaire souterrain nord-coréen détecté par les sismomètres

ActualitéClassé sous :géologie , nucléaire , essai nucléaire

Par Jean-Luc Goudet, Futura

Une secousse de magnitude 5 environ s'est produite cette nuit en Corée du Nord et a été détectée dans le monde entier. Ce n'était pas un séisme mais une explosion souterraine d'une bombe nucléaire.

L'essai nucléaire nord-coréen s'est traduit par une secousse de magnitude supérieure à 5 avec un épicentre situé dans le nord-est du pays, repérée par les réseaux de sismologie mondiaux. On voit ici une carte réalisée par le Centre sismologique euro-méditerranéen. La mer du Japon est à droite, la Chine à gauche et la ville de Vladivostok, en Russie, est visible en haut à droite. © CSEM

Cette nuit, à 2 h 57 TU (soit 3 h 57 en heure française métropolitaine), les sismomètres du monde entier ont détecté une secousse importante. Les données centralisées par exemple par le CSEM (Centre sismologique euro-méditerranéen) et l'USGS (US Geological Survey) convergent très bien.

La secousse a été localisée par 41,3° N et 129,07° E, c'est-à-dire dans le nord-est de la Corée du Nord, près de la côte bordant la mer du Japon. La frontière chinoise n'est pas loin (environ 70 km vers l'ouest) et Vladivostok (Russie) se trouve à 300 km à vol d'oiseau. Les analyses du signal indiquent une profondeur d'environ un km et une magnitude de 5,1 ou 5,2.

L'historique des essais nucléaires de la Corée du Nord. Ce 12 février 2013, le troisième test souterrain a généré une secousse d'abord estimée à 4,9 par le CTBO (Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires). © Idé

Essai nucléaire réussi pour la Corée du Nord

La géologie locale n'explique pas un tel événement. C'est l'agence de presse nord-coréenne, KCNA, qui a donné la raison : le pays vient de procéder à son troisième essai nucléaire souterrain, après ceux de 2006 et 2009 qui avaient eu lieu au même endroit. La communauté internationale s'en émeut, d'autant que les autorités nord-coréennes prennent soin de préciser que non seulement « l'essai est réussi », mais qu'il a été conduit avec « un engin miniaturisé ». Cette bombe pourrait donc sans doute prendre place dans l'ogive d'un lanceur, comme cet Unha-3 que la Corée du Nord a essayé avec succès en décembre 2012.

La puissance de cette bombe atomiquefission) est estimée à sept ou huit kilotonnes de TNT, soit à peu près la moitié de celle qui dévasta la ville d'Hiroshima le 6 août 1945. Elle est manifestement supérieure à celles des tests précédents, qui avaient généré des secousses de magnitude 4,1 (en 2006) et 4,5 (en 2009).