Planète

Dossier : les sites sous-marins de la Provence

ActualitéClassé sous :géologie , Vie du site , provence

Découvrez le dossier Provence : géologie des paysages sous-marins. Calanques, arches, grottes, dolines et poljés façonnent le paysage sous-marin de la côte méditerranéenne, faisant de la Provence un site géologique privilégié de la plongée.

À la découverte des paysages sous-marins de Provence, des sites de plongée exceptionnels. © Laurent Cadeau GNU Free Documentation License version 1.2

Provence : géologie des paysages sous-marins

La Provence se situe dans le Sud-Est de la France, entre la rive gauche du Rhône inférieur et la frontière franco-italienne. Si ses reliefs émergés sont magnifiques, il en est de même de ses paysages sous-marins, qui intéressent particulièrement les géologues. 

 

Le littoral et les archipels entre Marseille et Cassis surplombent des paysages littoraux et sous-marins exceptionnels qui doivent une grande partie de leur originalité aux calcaires « urgoniens » karstifiés du « massif des calanques ». On peut citer la grotte Cosquer, unique.

 

Les sites de plongée sous-marine sont nombreux à Marseille, et réputés. C'est à Marseille que le premier détendeur moderne inventé par Georges Comeinhes en 1934 inaugura l'exploration directe des paysages sous-marins par une plongée devant l'île du Frioul à -53 m, bien antérieurement aux premiers essais du scaphandre autonome Cousteau-Gagnan en 1943 sur les côtes varoises.

 

Sur la côte méditerranéenne, régions granitiques et métamorphiques s'opposent aux régions calcaires, suivant des styles de paysages très différents. De Marseille au Lavandou, en passant par Porquerolles et l'Estérel, découvrons cette géologie particulière.

 

Les paysages sous-marins du futur Parc national des calanques s'inscrivent essentiellement dans les calcaires blancs et compacts du Crétacé inférieur (faciès « urgoniens »).

 

Les arches sous-marines sont des paysages uniques pour la plongée. La côte méditerranéenne présente des sites superbes, très appréciés des plongeurs.

 

Les grottes sous-marines sont un autre élément du paysage karstique. Elles sont bien connues des plongeurs par leurs plafonds obscurs, propices au développement du corail rouge, exploité dans cette région depuis l'Antiquité.

 

Le lapiaz, formation géologique engendrée par les ruissellements d'eau, forme le paysage sous-marin des sites méditerranéens.

 

La région méditerranéenne est connue également pour ses dolines et ses poljés, deux formations caractéristiques des milieux karstiques.

 

La présence de résurgences immergées dans la région de Cassis, dans la calanque de Port Miou et au Bestouan complètent le tableau des paysages karstiques immergés.

 

Pour ajouter à leur aptitude à la karstification, les calcaires du massif des Calanques sont compartimentés par un réseau de fractures. 

 

Irruption massive des eaux et facteurs géologiques ont déterminé le paysage des calanques.

 

La région marseillaise est soumise à deux types de vents, le mistral, de secteur nord ou nord-ouest et le vent de sud-est ou d'est.

 

Par un heureux effet de hasard, les littoraux marseillais, orientés par les directions des fracturations géologiques, s'opposent exactement aux vents dominants. Sur la côte ou sur les îles, l'heureuse conjonction de la géologie et de la météorologie offre ainsi la possibilité de trouver des mouillages refuges par tous les temps, particularité qui n'a sans doute pas échappé aux marins grecs de l'Antiquité quand ils s'établirent à Marseille au VIe siècle avant notre ère.

 

Certains événements « phénologiques », très frappants pour le plongeur, inscrivent le paysage immergé dans une ébauche de calendrier saisonnier et amènent à une perception cyclique du paysage sous-marin. La faune sous-marine répond à ces cycles. Le début de la bonne saison est initié, au printemps, par la prolifération de l'algue asparagopsis qui tapisse alors fonds et tombants et qui a la propriété de s'accrocher aux combinaisons de néoprène des plongeurs.

 

La faune sous-marine est donc marquée par des cycles saisonniers. Pendant l'été et le début de l'automne, on voit arriver à la côte de nombreux poissons pélagiques, rares en hiver : « dentis », daurades, sars tambours, liches, thons.

 

Entre la fin de l'été et l'automne, la faune sous-marine de Méditerranée accueille de nouveaux arrivants : poissons lunes et barracudas. C'est aussi la saison d'éclosion des alevins.

 

Lorsque l'automne et l'hiver arrivent, la faune sous-marine de la Méditerranée varie encore, accueillant les bars (ou loups).

 

Les épaves modernes, héritées des conflits mondiaux du XXe siècle, constituent maintenant des récifs artificiels attractifs pour les poissons.

 

L'exemple marseillais nous montre que les paysages sous-marins sont le résultat de raisons emboîtées depuis une structuration géologique fondamentale et déterminante, jusqu'aux modalités d'un peuplement biologique et humain qui ne fait que s'y ajuster.

 

Pour en savoir plus sur la Provence et ses paysages sous-marins, consultez l'ouvrage de l'auteur ainsi que sa bibliographie.